12/11/2013

Catarrhe N°1 L'âme

Le violon a-t-il une âme ?

 

violon.jpg

L'approche du violon ne se fait pas sans certaines connaissances. Il faut rester à l'affût, l'amadouer avant de le saisir. Il ne faut cependant pas confondre le violon et le violoncelle, que l'on peut monter. Les musiciens en herbe pourront nourrir leur violon à volonté. Plusieurs possibilités de jeux s'offrent à vous selon Boby Lapointe: "Avec le violon, il faut choisir : ou bien tu joues juste, ou bien tu joues tzigane."

Contrairement aux escargots, aux charançons et aux vers, fussent-ils solitaires, le violon émet des sons. Le violon n'a pas le souffle court comme l'hélicon, on dit même que c'est le violon qu'a le son long.

En effet, le violon s'exprime, moins que le citron , certes, mais d'une façon plus suave ce qui peut nous faire dire, qu'en son for intérieur, il a une âme que nous devrons respecter.

L'âme, selon certains courants religieux et philosophiques, est le principe vital, immanent ou transcendant, de toute entité douée de vie.

 

Vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C., les avis vont bon train, selon Homère d'alors, le violon a deux "âmes", le thumos et la psychè :

Le thumos est ce qui pousse à désirer et à agir, à s'extérioriser dans le monde. Le violon peut dialoguer avec son thumos en cas de détresse ou d'angoisse, (par exemple avant l'exécution capitale d'un morceau), il s'extériorise alors vis-à-vis de lui-même et se retrouve face à ses émotions. Le thumos est contenu dans les phrenes, c'est-à-dire les poumons sous la table, et disparaît après sa mort dans un dernier pizzicati.

La notion de psyché (« âme-souffle ») au contraire est presque toujours associée avec celles du sommeil, de l'évanouissement et de la mort.

La psyché va devenir l'âme, partie divine et supérieure du violon, immortelle, souffrante dans le corps et destinée à conquérir un salut et une rédemption libératrice. Elle est associée plus particulièrement avec la tête du violon.

Constatant plus tard que le violon n'a qu'une âme, Platon développe le mythe de la métempsycose suivant lequel l’âme du violon, après la mort du corps, rejoint le monde des Idées ou un autre corps suivant les catégories du juste ou du méchant ; les trois espèces de réincarnation envisagées correspondent à la prédominance d'une des trois parties de l'âme : réincarnation en violon d'Ingres si l'appétit domine, en violon électrique si l'agressivité domine, en rebec si la partie raisonnable domine.

Si Stéphane Mallarmé, qui entreprit l’œuvre ambitieuse de retravailler « L'Après-Midi d'un faune », mis en musique par Debussy, nous dit que « Toute âme est une mélodie qu’il s’agit de renouer », Jean Prieur, chercheur érudit et collecteur de témoignages, affirme:

« Oui, les violons ont une âme. Je dirai plus, le violon est une âme : viola est anima . » Ce qui nous fait terriblement avancer dans la démonstration.

En 1907, Duncan Mac Dougall a affirmé avoir mesuré le poids de l'âme et l’a estimée à 12 grammes, en pesant six violons avant puis après leur mort.

Il est aussi important de tenir compte de l'archet qui fait flèche de tout bois, mais là, ce sera un sujet que nous développerons sans doute dans un autre article.

Les commentaires sont fermés.