31/03/2014

Un secret bien gardé

 

Les Chasseurs alpins

chasseurs alpins1 avant ligature des trompes.jpg

chasseurs alpins2 après ligature des trompes.jpg


C’est en 1968 que le Docteur Paul Walkinson traverse l’Europe en passant par l’Autriche.
Entré dans l’intimité d’une troupe de Chasseurs alpins, il a pu constater une intervention qui leur est infligée. Le secret était enfin percé.

Ces documents uniques nous montrent clairement des Chasseurs alpins avant et après la ligature des trompes.

© Le fabuleux mais improbable Musée du Docteur Paul Walkinson

24/03/2014

Les inventions oubliées 2

Le Wagon Table-de-lit

Inventé par le célèbre comédien William K. Awake au cours d’une répétition nocturne de l’Insomniaque de Faulk, le Wagon-lit germa dans un esprit fatigué de partager la paille des chevaux et l’inconfort du voyage avec ses frères saltimbanques. Ainsi fut conçue cette invention qui rendit au sommeil en chien de fusil ses lettres de noblesses, et qui permet encore aujourd’hui de Moscou à Lilles et de Milan à Copenhague à tout quidam de se remémorer les joies du prytanée militaire en profitant des haleines chargées, vesses et autres ronflements échangés en abondance avec d’autres voyageurs alités. Mais cette pérennité fait oublier l’autre invention accessoire –et pourtant d’importance d’Awake : le Wagon Table-de-chevet (ou Wagon Table-de-Nuit). Prévoyant, celui-ci avait en effet flanqué chaque wagon-lit une voiture annexe qui remplissait les fonctions de ce mobilier désuet. A la nuit tombée, chaque voyageur pouvait y déposer qui son verre d’eau, qui son dentier, qui ses espérances. Tombée dans la somnolence de l’oubli en raison des querelles de voisinage que le Wagon table-de –chevet ne manqua pas d’occasionner (lixiviat de prothèse dentaire consommé accidentellement comme eau de boisson, espérances déçues par l’abandon nocturne etc.) cette découverte (au sens où elle existait déjà dans le cerveau d’Awake) est encore visible au Musée du chemin de fer de Mulhouse. Les guides de la Cité du train l’exploitent d’ailleurs à bon escient, y déposant entre deux siestes lardant leurs visites guidées lunettes, pilules contraceptives ou recueils d’alexandrins trop lourds pour les bras de Morphée.

Wagon Table-de-nuit et gigantisme : coqueluche du moment, la « Pullman Wagon-table-de-nuit » comportait une chambrée par table de chevet, qui permettait de regarder passer ses rêves par la fenêtre.

Dr Lichic

Lu dans Catarrhe N° 4

18/03/2014

DIRE (C'est à)


5h26 ; c’est quand on l’ouvre qu’on s’aère le cerveau.

8h32 ; c’est extraordinaire : il neige et cette neige nous impose de ralentir le rythme effréné qui chaque jour nous lie au travail obligatoire. Comme si le travail était en soi productif. Il neige tout du bonheur à consommer moins. Et puis, par son étendue et son épaisseur, elle dissimule toutes frontières.  Notre regard se porte au-delà. L’autre en devient tout à coup plus proche.

8h59 ; non monsieur M, vous ne ferez pas taire ceux qui au bout du compte ont contribué à votre richesse et que vous jetez au rebus.  La dignité de ceux qui coulèrent votre acier ne ressemble guère à la vôtre.  Vous faites dans l’économie réelle ce que les banques font dans l’économie virtuelle : un hold-up sur la sueur de ceux qui travaillent, qui comptent leurs sous pour payer leurs factures, leur toit, les études de leurs enfants…Le cœur des esclaves de Verdi résonne aujourd’hui d’une grande colère.

9h12 ; il y en a qui remplissent d’eau leur piscine et d’autres qui n’ont pas à boire. L’eau, futur enjeu économique et de survie pour l’humanité doit rester disponible pour tous.  Elle ne peut être privatisée.  On parle souvent du seuil de pauvreté mais il faudrait aussi un seuil de richesse à ne pas dépasser.

10h44 ; on attribue au peintre Monet les mots qui suivent :  « Je voudrais un miroir tendu à la beauté du monde ».  Tout est dit ou presque…..

11h ; avez-vous un jour, sans rien en poche, la buée dans les yeux, pris la route vers nulle part pour arriver, par exemple, dans un parc de Bruxelles.  C’est l’histoire, oh combien banale, de 72 personnes dé « logées » ce matin.  Quel est le mot plus fort que l’écœurement pour traduire notre « in » humanité ?  Ah oui, ce sont des roms ; et alors ! Nos parents partirent un jour de 1940 ; et Ferrat en fit une chanson : « nuit et brouillard ».  Ils y sont.
 Réécoutez « né quelque part » de Maxime Leforestier.

11h51 ; la misère la plus nette, la plus crue, criante d’inhumanité : place Gaucheret, un premier octobre à Bruxelles. C’est là que je l’ai croisée, bardée de soleil ; c’est sans doute pour cette raison qu’elle en était d’autant plus insoutenable ; comme un cri sans nom surgissant d’une cinquantaine de matelas épars proférés à l’échelle de l’humanitude.
En mémoire, « madame la misère » de Léo Ferré.

14h02 ; pour toi Troy Davis que je ne connais pas.  Condamné à l’exécution capitale, j’ai transmis, comme tant d’autres, une demande de grâce au gouverneur de Géorgie.  Je relis ces mots d’Albert Camus : «  mais qu’est-ce donc que l’exécution capitale, sinon le plus prémédité des meurtres auquel aucun forfait , si calculé soit-il, ne peut être comparé ».
Des notes refont surface : « sur mon cou » d’Etienne Daho.

22h36 ; c’est Ravel, je pense, qui un jour précisa : « il y avait un rossignol qui ne se souciait pas de la guerre parce que c’était le printemps ».

23h48 ; de quel feu brûles-tu ?


Thierry Lechat

Lu dans Catarrhe N° 7

Abonnez-vous sans tarder.

11/03/2014

Exposition Marc Sanders

marc sanders, art, assemblages

Notre ami et colllllaborateur, Marc Sanders, expose ses œuvres au Centre Culturel de Huy. Ne manquez pas ça ! Vernissage le vendredi 14 mars à 18 h. Présentation ICI

10:27 Publié dans Art | Tags : marc sanders, art, assemblages | Lien permanent | Commentaires (0)

07/03/2014

La logique des passoires


17:42 Publié dans Film | Tags : les shadoks, passoire | Lien permanent | Commentaires (0)

05/03/2014

Un peu de culture 3

L'escargot à fourrure

escargot, paul walkinson


Mollusque gastéropode
Ordre: Stylommatophores
Genre: mauvais
Zenobiella pellitusa

Coquille globuleuse-conique à spires.
Animal verdâtre recouvert de fourrure allant du brun au beige.
Habitat: Asie du nord

Sa disparition est due à sa chasse intensive par les autochtones qui utilisaient son pelage pour se confectionner des pantoufles.

© Le fabuleux mais improbable Musée du Docteur Paul Walkinson