09/07/2014

Un homme à la mer

Pour les vacances, vous préférez être bercé par les rythmes de la Bossa-nova, avec de bonnes paroles, de la tendresse et de l'humour ?
Voici ce qu'il vous faut : "Coeur à la mer" de Paul Guiot
(vous lirez ses aphorismes dans le prochain Catarrhe) Clin d'œil

Commandez-le ou écoutez-le ici : http://www.paulguiot.be/?q=album

 

Coeur à la mer Cover

Pour réussir vos vacances

Pas encore abonné à Catarrhe, bon, c'est une première lacune mais partez au moins en vacances avec un de nos auteurs... ou avec un de ses livres.

 

Un petit bouquin pratique à mettre dans un sac ou en poche ? Facile :

 

Comment abandonner convenablement son chien durant les vacances - Docteur Lichic

Ouvroir de Brèves de Comptoir Potentielle – Collectif OuBreCPo (avec le Dr Lichic)

Le pas sage à l'acte – André Stas

Les pAnsées – Philippe Goosens (2 tomes)

Des capiteuses pensées - Jean-Philippe Querton

 

Vous préférez plus de volume pour avoir « de quoi » ? Alors tournez-vous vers :

Un privé à bas bilan - Eric Dejaeger

La saga Maigros - Eric Dejaeger

Fume, c'est du belge - John F. Ellyton

Galop décès - John F. Ellyton

Les perdants - Jean-Philippe Querton

L'homme à la Chimay bleue - Jean-Philippe Querton

Et plein d'autres auteurs qui n'ont pas été publiés dans Catarrhe mais qui sont aussi édité par « Cactus inébranlable éditions ». C'est une petite maison d'édition, certes, mais qui sort des sentiers battus.

 

Voici leur catalogue : ICI

Bonnes vacances.

un peu de culture 5

 

oiseaux, walkinson, catarrhe, culture

 

L’Eider glisseur

 

Ordre : anseriformes

Famille : lamipèdes

Somateria levis

 

 

Extrême nord. Se reproduit sur les côtes. Pond de 2 à 4 œufs.

Se nourrit surtout de mollusques (principalement d’escargots à fourrure)

Dernier représentant d’une famille issue des palmipèdes s’étant adaptée à son biotope.

 

Citation :

 

« C’est le 25 octobre 1936 que nous fûmes envahis par cette grande émotion de la découverte que seul les chercheurs et les explorateurs peuvent connaître. Nous avions devant nos yeux ébahis, la dernière espèce d’anseriformes à s’être adapté aux interminables surfaces de glace du grand nord. Cet oiseau n’était pas palmé mais doté de patins à glace cornés.

Nous ne nous lassions pas de voir passer et repasser, à quelques mètres de notre campement, un couple d’Eider glisseur. Une colonie de pingouins assistant à la scène, tapait des ailerons en cadence. Pris au jeu de ce spectacle inoubliable, nous nous surprîmes à applaudir à chaque pirouette. Sans doute grisé par la fièvre des glaces, André Delbouille, notre jeune assistant, sortit même de son sac une plaquette où nous pûmes lire le chiffre dix. »

 

« Seul face à un monde de glace » Paul Walkinson

Editions Galipette - 1937

© Le fabuleux mais improbable Musée du Docteur Paul Walkinson