30/08/2014

La presse parle de la revue Catarrhe

La revue Catarrhe devrait faire partie du programme de l'éducation nationale.

En effet, dans quel livre scolaire trouve-t-on une linguistique appliquée qui démontre aussi clairement par l'exemple l'utilisation des préfixes et suffixes ?

Le Matin Illustré

 

Dans quel autre opuscule peut-on mieux comprendre le style de nos plus grands poètes que dans la revue Catarrhe qui nous fourni des paragons incontournables.

La Table Prompte

 

C'est un scandale ! Ce ne sont qu'allusions aux choses de la chair. À quand l'apologie de la chair de vérité ?

La Cloche Papale

 

Enfin un chroniqueur qui ne badine pas avec l'humour.

Marri Patch

 

Catarrhe, un modèle de réflexion dont les dessins ne sont que autant de miroirs tournés vers notre « Über-Ich ».

Les Enfants de Freud

 

Ses carnets ornithologiques nous ouvrent enfin une porte sur la vie réelle mais rude des scientifiques.

Nos Amis les Cols Verts

 

Un condensé d'aphorismes poétiques ou sentencieux qui soulèvent les jupes de nos certitudes intellectuelles.

Mods et travelots

27/08/2014

Rentrée Littéraire

Voici ce que Jean-Philippe Querton en pense... tout comme nous !

La rentrée littéraire nous fait chier !
Ce n'est qu'une vaste campagne de promotion orchestrée par un consortium de puissantes maisons d'éditions...
Et le libraire se retrouve bâillonné parce qu'il doit avoir dans son magasin ces titres dont on parlera sûrement, peut-être, sans doute...
Les rayons sont bourrés d'ouvrage et les "petits" éditeurs pourront piétiner quelques semaines devant les boutiques pour qu'on daigne s'intéresser à eux !
Et les journalistes, les chroniqueurs sont coincés par ce qu'il faut parler des livres de la rentrée littéraire, les maisons d'éditions sont de gros annonceurs publicitaires...
Comble du cynisme: ils savent qu'ils ne les vendront pas leurs livres... En tout cas, pas autant qu'ils voudraient.
Pierre Nora, directeur chez Grasset déclare: "Tant qu'a ne pas vendre les livres que nous publions, autant ne publier que des livres que l'on aime" (Le Soir, 16 août 2014).

Chez nous, c'est tous les jours la rentrée.

Merci de soutenir Cactus Inébranlable éditions et l'ensemble des maisons d'éditions qui tentent de se débrouiller pour soutenir une création qui n'est pas guidée par le fric !

Une maison d'édition bien sympathique et dynamique ? Cactus Inébranlable.

25/08/2014

La Bellle-Mère Dure #22

Après plus de deux ans et demi d'absence, La Belle-mère Dure, la revue anthropoclaste, est de retour.

Dentelières et denteliers s'abstenir !

Au sommaire :
Marc Bonetto
Nicolas Brulebois
Éric Dejaeger
John F. Ellyton
Thierry Roquet
André Stas.

Renseignements sur le blog d'Éric Dejaeger, là : Surpris

23/08/2014

Microbe N°85

microbe, revue, poésie, éric dejaeger

Le 85e numéro du Microbe sort début septembre !

Au sommaire :
Daniel Birnbaum
M
arc Bonetto
G
eorges Cathalo
J
ean-Marc Couvé
É
ric Dejaeger
G
eorges Friedenkraft
D
ominique Gaultier
L
udovic Joce
M©Dĕm

Jany Pineau
F
abrice Marzuolo
L
ouis Mathoux
A
lain Minighetti
M
arie Ramon
A
lain Sagault
P
hilippe Vidal
Illustrations : Alain Sagault

Tous renseignements sur le blog d'Éric Dejaeger : http://courttoujours.hautetfort.com/

Coup de chapeau à André Balthazar.

 

 

André Balthazar nous a quitté.

André Balthazar, Daily-Bul, littérature

Le chapeau n'a pas de racines et les cheveux qui semblent le prolonger n'appartiennent pas à la même plante. Sans être aérien, il apprécie l'altitude (quand il vole, c'est avec une pointe d'ironie, comme pour faire semblant de retrouver un sol qui n'est pas le sien).

Sa mémoire transpire et laisse des traces qui font partie de sa vie intérieure.

Même solitaire accroché à un clou, il ne perd jamais la tête, conscient d'une importance étrangère toutefois à toute fatuité : il sait que l'homme est sa monture et sa plus noble conquête.

Parfois il garnit d'une plume de geai pour se rappeler au ciel.

Extrait du LEXICON Tome 2, Le Chapeau, Balthazar / Breucker. Le Daily-Bul.

 

 

Balthazar (André)

Ouvrier zingueur ventripotent, son inclinaison à l'embonpoint fut la cause de son savoir. Déjà jeune, il se déplaçait avec peine. Ce n'est que vieillard qu'il devint cassant.

Il fut exilé à Waterloo par Léopold II, qui ne supportait pas ses quolibets ; ceux-ci restèrent fameux à l'époque. Ils furent publiés à titre posthume et sous un pseudonyme étranger sous la rubrique générale : « Les vases communicants. »

Ernest Pirotte, Petit Panthéon national et illustré des auteurs, Daily-Bul, n° 10, mai 1964.

 

André Balthazar, celui de qui on a dit qu'il mangeait ses omelettes avant de casser les œufs, celui qui n'a pas craint de secouer la poêle du temps pour en faire surgir les omelettes du passé.

Extrait de DEUX DISCOURS POUR DEUX ANNIVERSAIRES , Pol Bury, Le Daily-Bul, 1992.

 

 

Le grand salon frémit dans la douceur de l'après-midi : des cuillères d'argent cognent de la fine porcelaine, des voix et des étoffes murmurent. Les oreilles attendent le petit Mozart.

Au pied des hautes portes qui montent vers le ciel, au pied des hautes glaces, le tapis enveloppe des silences et des trépignements élégants.

Sur les murs, le gris Versailles attendrit les ombres. L'air est un peu rose comme les tentures de brocart qui bordent les fenêtres. A travers les carreaux, la verdure du parc (quelques trembles sur un gazonserré) répand des parfums de tisane blonde et d'abeille, qui adoucissent le bleu roi et le rouge cardinal des habits. La blancheur des jabots, des manches, des bas, des mouchoirs réveille l'œil que la cendre des perruques assoupissait. Un prêtre fait tache.

Au plafond, des cuisses tournent dans des nids d'ombre...

Le petit Mozart est là : tous les yeux grands ouverts font silence.

Extrait de LE petit MOZART, André Balthazar, Le Daily-Bul, 2006.

 

 

Je voudrais t'adresser, cher André, ces quelques mots que tu destinais à Paul Bury, le 26 septembre 1992, lors d'un banquet fêtant les 35 ans du Daily-Bul.

 

Toutefois, encore ceci. Relisant, pas plus tard qu'à l'instant, votre œuvre complet que je ne qualifierai pas, redoutant de confondre votre modestie de plume d'oie, je notais : « Je est un autre ».

Et bien oui, Monsieur, vous êtes un autre. Et quel autre ! Un autre au profil de citadelle inexpugnable.

J'en ai fini, merci.

 

André Balthazar, Daily-Bul, littérature

Jacqueline et André Balthazar lors de la préparation de l'exposition " Ah, la Vache ! "

organisée par le Daily-Bul, L'Hélicon et le Centre Culturel d'Havelange en 2000.

 

andré balthazar,daily-bul,littérature

André Balthazar et Pol Bury par Roland Breucker

 

andré balthazar,daily-bul,littérature

André Balthazar par Pol Bury

 

 

 

10/08/2014

Un peu de culture 6

Le Provincier

Sous-embranchement : Angiospermes
Sous-classe : Dicotylédones
Ordre : Rosales
Famille : Rosacées
Padus flos provincialis

Arbuste à branches brun luisant ; munie au sommet du pétiole de 2 petites glandes circulaires; fleurs blanches en grappes bien fournies ; fruits à noyaux ; floraison : avril-mai.

Espèce indigène disparue vers 1920.

 

Citation :

« Les feuilles s’envolent par bandes, reviennent aussitôt, peureuses, apprivoisées, et tâchent de se raccrocher. Celles de l’acacia, fines, soupirent ; celles du bouleau écorché se plaignent ; celles du marronnier sifflent et les fleurs de province clapotent en se poursuivant. »

Poil de carotte – Jules Renard 1894
Transcription J-B Walkinson

fleur de province, confiture, culture, Walkinson, Catarrhe

Grande fête bissextile du provincier à feuilles caduques:

Le 29 février de chaque année bissextile, s’organisait traditionnellement en province de Namur, une grande fête villageoise en l’honneur du Provincier.

On la dénommait très judicieusement « li fiesse di l’ãb di févri ». On ne retrouve cette manifestation que sporadiquement après 1914.

Lors de cette cérémonie les autochtones honoraient l’arbre unique du village en l’oignant d’élixir et en lui offrant une tartine de confiture enfuie en terre dans un trou pratiqué à ses pieds. Cette grande fête de la fertilité se terminait en musique, bien tard dans la nuit.

La confiture de province:

Les fruits se récoltent au mois de septembre. Il faut les cueillir ni trop grands, ni trop gros, ni trop mince.

Le matin, enlever les queues des fruits.
Le soir, mettre dans une grande casserole émaillée le même poids de fruits et de sucre.
Le lendemain matin, placer le récipient sur le feu, faire bouillir 5 minutes exactement à partir du moment du premier bouillon. Retirer du feu.
Le jour suivant, remettre la casserole au feu et faire bouillir 6 minutes. Retirer.
Le jour suivant, recommencer et faire bouillir 7 minutes ; verser alors dans les pots.
Quand la confiture est froide, couvrir les pots.

Extrait de « Pets de nonnes, chapias d’curés et autres recettes de religieuses »
Sœur supérieure Marie-Joseph – éditions épiscopales « La Grosse Cloche Sonne » Stoumont 1913

© Le fabuleux mais improbable Musée du Docteur Paul Walkinson

 

06/08/2014

La Belle-mère Dure

la belle-mere dure

Pour ceux qui ne font pas dans la dentelle.

Petite annonce d'Éric Dejaeger :

La Belle-mère Dure reprend du service !

Aïeaïeaïe !!!

Le numéro 22 paraîtra dès qu'il sera prêt. Pour qu'il soit prêt, il faut le remplir.

Vous pouvez envoyer vos textes à ericdejaeger@yahoo.fr, je les transmettrai au comité de lecture. Attention ! N'envoyez pas n'importe quoi ! Si vous ne connaissez pas La Belle-mère Dure, prenez au moins le temps de lire l'un des anciens numéros sur http://lbmdure.canalblog.com/. Dentellières et denteliers s'abstenir !

03/08/2014

Catarrhe N° 10

Catarrhe

Sonnez tambours, roulez trompettes !

La semaine prochaine, les abonnés auront la chance de lire dans Catarrhe N° 10 :

« Le Mensonge : l'essayer c'est l'adopter » par Marc Sanders, notre chroniqueur badin.

« Les carnets de voyages ornithologiques du Professeur Brodsky » vous emmèneront dans un voyage déroutant vers l'oasis de Ben-Ahin.

« Nouveautés du Politiquement Correct », quelques propositions du Docteur Lichic.

« Les préfixes MONO- et GÉO- » par notre linguiste de service Éric Dejaeger.

« DIRE (c'est à) » Thierry Lechat vous fera part de pensées poétiques à méditer.

« Ras-le-bol des barbecues » où l'humour noir de John Ellyton fera des ravages.

« BAUDELAIRE REVISITED » quelques performances d'André Stas & Éric Dejaeger, nos poètes coquins.

« De scènes lectures », la revue de presse de Jean-Philippe Goosens.

« L’immonde d’Olivier Texier » notre dessinateur de l'absurde qui n'a peur d'aucun sujet douteux.

« Connaître ses rails, puis dérailler sérieusement » et Paul Guiot déraille sérieusement avec ses aphorismes écrits après la composition des chansons de son dernier disque. Ici il ne chantera pas... dommage !

Notre publicité présentera les derniers maillots pour faire sensation sur les plages.

 

Ceux qui ne sont pas abonnés se brosseront et manqueront de grands moments littéraires.


Vous voulez vous abonner ? Contactez-nous : revue.catarrhe(at)gmail.com

ou lisez la page ABONNEMENT

Un numéro spécial de Catarrhe sortira de presse le 18 octobre prochain à l’occasion d’un grand événement en collaboration avec La Cadémie de ‘Pataphysique de Montegnet et le Centre culturel d’Havelange. Nos auteurs y feront plusieurs prestations et une exposition de leurs travaux sera visible. Nous en reparlerons.
Nous espérons vous y rencontrer.