28/09/2016

La fin de Catarrhe

Chers amis lecteurs et lectrices, après cet été, ayant rangé les maillots de bain, maintenant que les cales sont sèches, nous avons pu constater que les taons sont durs.
Tout a chauffé, les carters puis l’art ont besoin de prendre l’air. La revue Catarrhe, s’étant époumonée pendant plusieurs années, va fermer à son tour les portes de son bureau de rédaction. Bien sûr, nous ne sommes pas à bout de souffle, plutôt même en plein essor mais si Versailles était compté, le temps l’est également et sachant que notre avenir est face à nous et que nous l’aurons dans le dos si nous faisons demi-tour, nous nous envolons vers d’autres aventures plus graphiques. Alors me direz-vous, encore des poètes qui devront rejoindre leur nuage, des penseurs qui devront regagner leur tonneau, des écrivains qui vont perdre des plumes, d’accord mais nous nous croiserons certainement encore lors de nos pérégrinations littéraires.
Afin de ne pas léser nos fidèles abonnés, nous sortirons encore le numéro de décembre et de février et nous réservons un dernier numéro spécial en avril pour clôturer en beauté ce petit mais riche parcours qui nous a permis de faire des rencontres inoubliables.
Nous pourrons donc prendre le numéro vingt-six pour une lanterne.

En espérant ne pas trop vous décevoir, laissant la place vacante, nous vous souhaitons encore quelques mois de plaisir.

Commentaires

Mourir au printemps...

Écrit par : Éric | 29/09/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.