16/11/2013

Les joies du campigne

L'immonde d'Olivier Texier

Des dessins qui laissent un mauvais goût dans la bouche.

campigne19.jpg

campigne16.jpg

Extrait de Catarrhe N°3  Dessin d'Olivier Texier

Son blog

à retrouver dans le livre imprimé en sérigraphie "Campigne" (200 ex.) aux éditions LE DERNIER CRI

La Distançothèque

Selon son absence discrète dans le dictionnaire Robert, la Distançothèque est définie comme un lieu où sont conservées une collection organisée de Distances à l’usage du public. Comme des livres en d’autres lieux, celles-ci peuvent parfois être parcourues sur place mais sont la plupart du temps empruntées. Il n’existe que peu de Distançothèques de par le monde ; celle de Montpellier est la plus connue, ornée de la fameuse devise « Les chemins les plus courts ne sont pas toujours les meilleurs » chère au mathématicien Minkowski. On y compte un exemplaire (présent ou évoqué) de tout ce que l’univers compte comme type de distances : trajet travail-domicile,distance de Levenshtein qui mesure la similarité entre deux chaînes de caractères, trajectoire de balle, distance euclidienne, segment de marché, lignes géodésiques, organes distaux et autres distances à vol d’autruche. Afin d’éviter abus et manœuvres dolosives, les scientifiques versés dans la Distançologie tentent à longueur d’année de définir les concepts les plus ardus de cette discipline : distance maximale d’un commerce de proximité (pour mériter cette appellation contrôlée), topométrie du chemin parcouru au cours d’une vie, rayon de sphère intime, longueur d’avance etc…Vue de loin, cette collection semble aisée. Mais conserver ses distances requiert le savoir-faire de personnes qui voient loin, et savent le mesurer. Et comme le soulignait le marin au long-court Stevenssön, à force de tirer les choses en longueur on finit par aller loin.

 

observatoire.gif

Observatoire des Distances à respecter (Pologne)

Dr Lichic

Extrait de Catarrhe N°4

15/11/2013

Cynégétique du préjugé

Il n’est pas quelque éducateur ou moraliste qui ne nous ait un jour asséné, l’haleine chargée de bienséance, qu’il faille « chasser nos préjugés ». Bien hâtive proposition qui pourrait amener un jour de grand massacre cette espèce au bord de l’extinction, et rejoindre pour l’éthernité le Dodo et le Moas sur la liste des sujets de pollution nocturne pour paléontologues. Car le Préjugé (Stéréotypus cognitivii) est plus fragile qu’on ne le croit. Espèce peu résiliente, elle peut voir ses effectifs décroître rapidement.

 

Une cynégétique adéquate est donc de mise. Signalons tout d’abord que le législateur n’a pas prévu de périodes d’ouverture ou de fermeture à cette activité de prédation. Les plus éminents spécialistes recommandent pourtant une fermeture durant toute la saison estivale. La reproduction semble en effet concomitante de l’afflux de touristes à cette période durant laquelle les préjugés se multiplient et grossissent rapidement. Cette période sera aussi l’occasion d’aménager de nouveaux gagnages, semés de graines de racisme, de patriarcat et de jugement hâtif, herbacées de l’esprit qui profitent au Stereotypus et qui présentent en outre l’avantage de servir de remise garantissant la quiétude des animaux.

 

Il sera également de bon ton de ne pas piéger le préjugé, mode de chasse aveugle qui prélève même les femelles, pratique infâme quasi assimilable à du braconnage, et de lui appliquer un mode de traque plus noble, comme le tir sur des individus mâles âgés. Ces derniers font en effet de très beaux trophées que les amateurs pourront exhiber sans vergogne en soirée durant le trou normand, duquel le préjugé ne craint pas de sortir à la faveur des relents d’alcool.

 

Dr Lichic

Extrait de Catarrhe N° 2

13/11/2013

Le commerçant incolore

Le commerce était son emploi du temps. Le voyage son moyen du moment. C'était un petit voyageur de commerce. Il parcourait la terre en tous sens pour se faire quelques deniers, quoique celui qui dirait l'avoir vu embarquer pour Cythère mente.

Après une journée de labeur bien remplie, il entra dans un hôtel et demanda prestement au préposé si une quelconque chambre lui resta. Celui-ci acquiesça mais lui fit remarquer que cet établissement était réservé aux gens de couleur et que lui était incolore. Il s'enquit de la teinte qui était de mise et le groom grommela: "Toucouleur"(ethnie sénégalaise). Et notre commerçant se retira dans les water-closets qui étaient encore ouverts. Il fouilla son bagage, en extirpa son nécessaire à chaussures, en sorti une petite boîte métallique, l'ouvrit et se barbouilla la bouille.

Le petit voyageur de commerce prétextant de se reposer, reposa la question préposée et le préposé, n'y voyant que du feu, ne put vendre la mèche. Le commerçant, après s'être assuré qu'on le réveillerait à l'aube pour continuer son négoce, s'affala effaré dans les bras de Morphée sur une couche matelassée.

Le lendemain de cette banale mésaventure il reprit son bagage à main nue et s'engouffra dans la gare toute proche. Il se hissa, tel un foc par grand vent, à bord d'un wagon déjà encombré. Le contrôleur se rua sur lui et vociféra en prétextant que ce compartiment était réservé aux incolores. Le sourire monta aux lèvres du petit voyageur de commerce qui comprit la situation et sortant son mouchoir du fond de sa poche se frotta le visage afin de se débarbouiller. Malheureusement, il eut beau frotter et refrotter, rien n'y fit.

Il fut fort de constater que le matin même, le groom de l'Hôtel, croyant le réveiller, se trompa de chambre.


Extrait de Catarrhe N°2

12/11/2013

Le petit Einstein

einstein-enfant.jpg

Les pendules

pendules Lechat.jpg

Thierry Lechat

sur Facebook


Sacrée vache

La maigreur des vaches sacrées donne des boutons aux managers de l’agro-alimentaire. « Il faudrait les gaver. Puis les offrir au Dieu consommateur, sous vide, en reliques détachées ».

Si cette opération est couronnée de succès, le chemin de retour de l’humain vers son créateur s’en trouvera sensiblement raccourci.

Marc Sanders

sur Facebook

Catarrhe N°1 L'âme

Le violon a-t-il une âme ?

 

violon.jpg

L'approche du violon ne se fait pas sans certaines connaissances. Il faut rester à l'affût, l'amadouer avant de le saisir. Il ne faut cependant pas confondre le violon et le violoncelle, que l'on peut monter. Les musiciens en herbe pourront nourrir leur violon à volonté. Plusieurs possibilités de jeux s'offrent à vous selon Boby Lapointe: "Avec le violon, il faut choisir : ou bien tu joues juste, ou bien tu joues tzigane."

Contrairement aux escargots, aux charançons et aux vers, fussent-ils solitaires, le violon émet des sons. Le violon n'a pas le souffle court comme l'hélicon, on dit même que c'est le violon qu'a le son long.

En effet, le violon s'exprime, moins que le citron , certes, mais d'une façon plus suave ce qui peut nous faire dire, qu'en son for intérieur, il a une âme que nous devrons respecter.

L'âme, selon certains courants religieux et philosophiques, est le principe vital, immanent ou transcendant, de toute entité douée de vie.

 

Vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C., les avis vont bon train, selon Homère d'alors, le violon a deux "âmes", le thumos et la psychè :

Le thumos est ce qui pousse à désirer et à agir, à s'extérioriser dans le monde. Le violon peut dialoguer avec son thumos en cas de détresse ou d'angoisse, (par exemple avant l'exécution capitale d'un morceau), il s'extériorise alors vis-à-vis de lui-même et se retrouve face à ses émotions. Le thumos est contenu dans les phrenes, c'est-à-dire les poumons sous la table, et disparaît après sa mort dans un dernier pizzicati.

La notion de psyché (« âme-souffle ») au contraire est presque toujours associée avec celles du sommeil, de l'évanouissement et de la mort.

La psyché va devenir l'âme, partie divine et supérieure du violon, immortelle, souffrante dans le corps et destinée à conquérir un salut et une rédemption libératrice. Elle est associée plus particulièrement avec la tête du violon.

Constatant plus tard que le violon n'a qu'une âme, Platon développe le mythe de la métempsycose suivant lequel l’âme du violon, après la mort du corps, rejoint le monde des Idées ou un autre corps suivant les catégories du juste ou du méchant ; les trois espèces de réincarnation envisagées correspondent à la prédominance d'une des trois parties de l'âme : réincarnation en violon d'Ingres si l'appétit domine, en violon électrique si l'agressivité domine, en rebec si la partie raisonnable domine.

Si Stéphane Mallarmé, qui entreprit l’œuvre ambitieuse de retravailler « L'Après-Midi d'un faune », mis en musique par Debussy, nous dit que « Toute âme est une mélodie qu’il s’agit de renouer », Jean Prieur, chercheur érudit et collecteur de témoignages, affirme:

« Oui, les violons ont une âme. Je dirai plus, le violon est une âme : viola est anima . » Ce qui nous fait terriblement avancer dans la démonstration.

En 1907, Duncan Mac Dougall a affirmé avoir mesuré le poids de l'âme et l’a estimée à 12 grammes, en pesant six violons avant puis après leur mort.

Il est aussi important de tenir compte de l'archet qui fait flèche de tout bois, mais là, ce sera un sujet que nous développerons sans doute dans un autre article.

Catarrhe N° 1

 

Chers lecteurs autant que lecteurs chers,

Voici quelques articles dans lesquels nous nous époumonerons à vous transmettre notre façon de voyager dans le monde et d’y cueillir quelques bluettes pas piquées des vers, d’une poésie toute relative.

 Notre réflexion, plus profonde qu’un roman-fleuve, dont l’abysse sourit au lecteur, décrit un univers parallèle dont l’hypoténuse est tangente à un cercle de lecteurs trop verticaux pour apprécier l’amphigourisme qui nous caractérise. 

Extraits de Catarrhe N° 1

 

Hamburger

 

L’hépatite vient en mangeant


----------------------------------------------------------------------------------------


 

La pêche à la mouche

 


 

Choisissez une truite saumonée ou fario

 

Quittant à peine sa mère, s’ébattant dans le ruisseau.

 

Nourrissez-la peu mais de choses subtiles,

 

Quelques ailes de mouches, vous seront fort utiles.

 

 

 

Le truiteau frétillant au moindre bruissement d’aile,

 

Il deviendra bien vite un compagnon fidèle.

 

Assemblez-lui alors un harnais confortable

 

Avec un petit anneau, par-dessus, près du râble.

 

 

 

Et puis emportez-le, posé dans un filet.

 

Votre canne déployée, fixez-y un moulinet

 

Puis une bobine de fil avec un mousqueton

 

Toutes choses essentielles, pour ne pas perdre le poisson.

 

 

 

Sortez d’un sachet quelques ailes de mouches,

 

Offrez-en une à l’animal, ma fois peu farouche.

 

Une fois à la rivière, sous le charme de l’aile,

 

Elle cherchera son parfum, tout autour d’elle.

 

 

 

Et si par bonheur, une mouche, elle guette,

 

A la surface de l’eau ou sur une branchette,

 

D’un coup de queue agile elle bondit et happe

 

La mouche juteuse avant qu’elle ne lui échappe.

 

 

 

Et là moulinez vite, saisissez-la et d’un geste preste,

 

Contre une aile moirée échangez donc l’insecte.

 

La truite satisfaite, recommencez l’action,

 

Elle se prendra au jeu, pour satisfaire votre passion.

 

 

 

Elle en gobera d’autres pour voir dans votre œil brillant

 

Cette petite étincelle qui lui rappellera sa maman.

 

Et vous vil pêcheur, profitant de l’appel du ventre,

 

Vous rentrerez chez vous comme un animal dans son antre.

 

 

 

Enfermez les mouches dans un bocal, puis allez au marché.

 

On les vend à prix d’or, il faut que vous le sachiez,

 

A quelque pêcheur de truite en manque d’appât.

 

Mais ceci est une autre pêche, nous en resterons là !


 

 





11/11/2013

Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l'ouvrir. Pierre Dac

Depuis quelques mois six comparses participent à l’édition d’une revue nommé: « Catarrhe, la voix de ceux qui ne manquent pas d’air ». Nous en sommes au cinquième numéro.

Sous le signe de la ‘Pataphysique,c'est à dire la science des solutions imaginaires qui répondent à des problèmes qui ne se posent pas, elle aborde des thèmes s’encanaillant avec l’absurde.

Marc Sanders, Le Docteur Lichic, Éric Dejaeger, Thierry Lechat, Olivier Texier et Jean-Paul Verstraeten vous souhaitent une lecture au second degré sur l’échelle de Rictus qui sans vouloir être instructive sera tout de même édifiante.

16:31 Publié dans Lu ou vu dans Catarrhe | Lien permanent