13/09/2014

Thierry Lechat

celui qui rêve.jpg

 

 

Auteur de plusieurs ouvrages et contributions relatifs à la langue française, au patrimoine et à la citoyenneté,Thierry Lechat signe également une démarche irriguée par le surréalisme et la ‘Pataphysique.

Collages, aphorismes, nouvelles, poésie et uppercuts langagiers : une alchimie qui se donne à voir, à méditer et à rire sans retenue.

Lieux, espace, temps.

Comme l'atteste sa carte du ciel, Thierry Lechat est né à Louvain, le 19 janvier 1953, à 5 h 20.

Capricorne et donc dragon d'eau, il fut hébergé durant près de 40 ans sur le territoire de l’ancienne Principauté de Liège, aux lieux dits « Bois del Fiesse » et « Liège », ville adoptive de la lignée familiale paternelle depuis 1756.

Il vit, rêve, plante, écrit et déambule actuellement aux latitude et longitude

approximatives et respectives de 5°11’ et de 50°24’ à Montegnet-Flostoy, village

situé dans une zone géographique communément dénommée « Vrai-Condroz », province de Namur, Wallonie, Belgique.

Balises

Professeur de français et d'histoire à ses débuts, il se lance dans la pédagogie du projet et crée en 1986 la revue « Mutations ». Récits et projets se succèdent avec le plaisir d’enseigner hors des sentiers battus: la transformation d’un gymnase entièrement réaménagé en salle de spectacle par les étudiants pour un concert donné par tous les musiciens de l’Orchestre philharmonique de Liège,une collaboration avec le quotidien « La Cité » et le CRISP...la visite du Prince Philippe venu se rendre compte sur place de cette dynamique et enfin , « Berlin,un mur,une brèche et nos vingt ans » qui mènera tous ses étudiants à Berlin lors de la chute du mur en 1989.

1980: rencontre avec le sociologue Alain Tourraine en France, auteur de plusieurs ouvrages relatifs à la sociologie de l’action. Une collaboration porteuse de nouvelles énergies accompagnées également par Emile Servais à l’Université catholique de Louvain. Titulaire d’une licence en politiques économiques et socialesen 1982, il poursuivra sa formation par une licence complémentaire en psychopédagogie .

Nommé inspecteur de français, il commence à enseigner la communication orale et écrite, l’analyse des institutions ainsi que les politiques économiques et sociales en Haute École dans l’enseignement supérieur pédagogique .

1993: création de « Un mot pour l’autre », une revue interactive à destination de tous les professeurs de français en région liégeoise. Récits d’expériences pédagogiques, découvertes littéraires, soutien aux enseignants: un nouvel enjeu!

Remarqué par la Fondation Roi Baudouin pour ses nombreux projets relatifs à la citoyenneté et à la démocratie, il est invité à participer et à présider durant plus de dix ans différents jurys en lien avec les programmes « citoyenneté » et « patrimoine ».

Il publie de nombreux articles et livres consacrés à la pédagogie et à la citoyenneté sous le titre «Démocréativité » à la Fondation Roi Baudouin et aux éditions  « Luc Pire ».

Il est également co-auteur d'un manuel de français « Parler, lire, rédiger » paru aux éditions «De Boeck».

Lecteur invétéré, il participe au jury de la RTBF pour l'attribution du prix « Point de mire » des auditeurs de la radio qui consacre le roman « Marin mon coeur » d'Eugène Savitzkaya.

Un investissement qu’il réitère en 2007 comme membre du jury « Prix Première » de la Rtbf initié notamment par l’actuelle directrice de la télévision, Corinne Boulangier. Ce sera l’occasion de premières chroniques littéraires en radio.

Parallèlement à ces activités, il se lance dans l'écriture et la technique du collage.

Paraissent ainsi régulièrement des centaines d'aphorismes publiés comme textes à méditer dans les journaux de classe ou sous forme de cartes postales.

Véritables salves colorées où l'exigence de l'écriture poétique et philosophique s'allie à un humour tonique, les collages trouvent sans aucun doute leur origine au cœur de proximités inédites.

Les années 1980 à 2000 foisonnent en effet de projets et de rencontres avec notamment : Léo Ferré, les photographes Hubert Grooteclaes, Jean-Luc Deru et Philippe Gielen, les chanteurs Julos Beaucarne et Serge Utgé Royo, le chef d'orchestre Pierre Bartholomée, les écrivains et poètes André Blavier, Eugène Savitzkaya, Jacques Izoard,François Jacqmin et Fernando Arrabal, les graphistes et peintres Monique Cordier et Annick Dubisy, Roland Topor, Gabriel Ringlet, Xavier Mabille, Alain Touraine, Luc de Brabandere, Cécile Gouzée, la céramiste Fabienne Witthofs, Claude Weber, Jean-Paul Verstraeten, Michel Francard et le comédien et metteur en scène Vincent Libon.

1984 : création de la revue « l’Inventoire » avec le chanteur Julos Beaucarne.

1987: en collaboration avec plusieurs auteurs, publication de « Otage », rehaussé par douze dessins à l’encre de chine de Monique Cordier.

I990: parution de “Une griffe de café ?”, propos, nouvelle et aphorismes.

Dès 2004, nombreuses expositions de collages, textes et aphorismes. La chaîne de télévision « Matélé » en dressera un premier inventaire au travers d’un reportage intitulé: « Autoportrait ».

Novembre 2008, parution des premiers collages dans la revue ARTPOESIE en France.Texte de présentation par Marie-Lydie Joffre.

2012: depuis son jardin « remarquable » aux mille espèces bio, il rejoint «YOUPLA», bijoux pétillants pour petites et grandes rêveuses. Une entreprise développée par ses deux filles, Evelyne et Françoise. Et, c’est au travers de la collection « La plume à l’oreille », que textes et collages se lisent désormais au rythme balancé des boucles d’oreilles.

2013: création de « La Cadémie de ‘Pataphysique de Montegnet ». Publication de « l’Ordre de l’Improbable » et du « Précis de jubilation oratoire » dont les premiers extraits paraissent dans la revue « Catarrhe » initiée par Jean-Paul Verstraeten.

Passionné de jazz et de musique classique, il sera successivement administrateur de l'Orchestre philharmonique de Liège, de l'Orchestre de chambre de Wallonie et de l’Opéra Royal de Liège-Wallonie.

 

démocréativité.jpg     innovons.jpg

soumission.jpg chanter.jpg

GESTE 02.jpg

© Thierry Lechat

 

 

11/09/2014

Marc Sanders

Vous aurez la chance de découvrir les dernières créations de Marc Sanders lors de notre grand événement du 18 octobre à la Maison qui Bouge de Maffe - Havelange.

 

Marc Sanders, ce soixante-huitard égaré, ce plasticien perdu sans collier, a été nourri de Pop-Art, qu’il découvre avec son père. Pendant ses études de droit, il se gave de culture rock (l’authentique !) qui l’amène a réaliser ses premiers collages à base de photocopies et de coupures de journaux. La Rock attitude ne l'a plus jamais quitté.

Il s’abreuve de films américains en noir et blanc. Il dévore les séries noires – versions originales. Par opposition il partage l’humour subtil de San-Antonio, Gordon Zola, Pierre Dac et réciproquement.

La vie passe et toute sa culture lui remonte à l’esprit (et il en a !), bulle après bulle.

Marc Sanders est un actif. Il retrousse ses manches et détrousse les fonds de tiroirs, les objets abandonnés par notre société l’interpellent, le chrome l’attire.

Alors il assemble, colle, visse.

Ses assemblages sont parsemés de textes, références ou allusions discrètes à ses états d’âmes. Marc Sanders aime les textes. Il est d’ailleurs l’auteur de plusieurs nouvelles et les aphorismes sont sa spécialité. Son style journalistique, vivant, humain, vogue entre chronique et Polaroïd. Humeurs flirtent avec humour. Il nourrit une rubrique dans la revue Catarrhe.

Ses assemblages sont chaotiques mais forts, actuels, citadins, remplis de subtilités et d’émotions… du Marc Sanders quoi !

Professeur à l’ISNAPH (l’Institut Supérieur de Nanologie Appliquée de Petit-Hallet), il participa à la découverte du Nanus Otiosus, le premier Nain Libre Glandeur.

 

Bibliographie:

Aux éditions de L’Hélicon:

Pour que les chiens écrasés redeviennent ce qu’ils n’auraient jamais dû cesser d’être: nombreux.

Matinée volatile.

La piqûre

Mort, qui t’a permis

Vache-moi les baskets

Edelweiss attitude

A collaboré à « de vaches et d’autres » éditions du Daily-Bul.

Chronique badine dans la revue Catarrhe.

marc sanders, art, littérature, catarrhe   marc sanders, art, littérature, catarrhe

marc sanders, art, littérature, catarrhe

marc sanders, art, littérature, catarrhe

marc sanders, art, littérature, catarrhe

Photos du Centre Culturel de Huy

07/09/2014

Jean-Paul Verstraeten

Né sous perfusion à l'Île de la Sonde entre 1945 et 1947, d'une mère indigène parfois indignée, d'un père autodidacte et d'un beau-père employé des postes vivant d'expédients.

Nourri dès son enfance par Bobby Lapointe, Pierre Vasiliu, Spike Jones, Robert Crumb, Gotlib, mais surtout par Pierre Dac et Francis Blanche, il prit vite des forces.

Gastrolâtre de conviction, il n'hésita jamais à mettre la nappe, à vider l'hanap et à remettre le couvert. Il fut emprisonné à la prison de Saint-Gilles à Binche pour avoir piétiné en public des hamburgers au ketchup.

Pendant de nombreuses années il fut gardien de phare dans une mine de bifidus actif au Kamtchatka, ce qui lui permettait de s'adonner à l'écriture.

Musicien autochtone il composa plusieurs pièces majeures pour triangle isocèle, quelques pièces mineures pour triangle quelconque et fit une transcription exotique de "Pavane pour l'Infante défunte" pour triangle des Bermudes.

Sportif invertébré (spécialisé dans le saut de puce et la chasse à l'escargot) il devint champion toutes catégories du cracher de bigorneau aux jeux olympiques de plage de Concarneau en 1983 et ce à force de persévérance malgré une luxure au championnat de cracher de noyaux à Agen.

Témoin de notre grand poechenellespel (N.M. contraction serbo-croate de Polichinelle et de jeu), il ne manqua jamais à dénoncer l'absurdité de notre société et de ses alicaments aux oméga 3.

Il fut également cheville ouvrière de l’asbl L’hélicon (qui a maintenant rejoint l’Éthernité). En plus de dix ans, « les joyeux baliseurs de voies parallèles » ont présentés bon nombre d’expositions avec des artistes de haut vol comme Alechinsky, Ben, Bernadette Lambrecht, Jean-Pierre Verheggen, Johan De Moor, Cueco, Ronald Searle, André François, Georges Vercheval, Karel Appel, Hugo Claus, Camille De Taeye, Lionel Vinche, André Stas, Roland Breucker, Pol Bury, le daily-Bul et bien d’autres.

verstraeten, exposition, événement, catarrhe

Discours d'André Balthazar lors de l'exposition " Ah la vache ! " en 2000 à Havelange.

 

Découvreur du Nanus Otiosus, le premier Nain Libre Glandeur.

verstraeten, exposition, événement, catarrhe

 

Il créa « le Fabuleux mais Improbable Musée du Docteur Paul Walkinson », un détour imaginaire géo-historique dans l’absurde. Le Musée voyageât dans plusieurs Centres Culturels et à la Maison du Livre à Bruxelles. On en parla dans la presse écrite, à la RTBF radio et TV et sur Arte.

verstraeten, exposition, événement, catarrhe

Roue voilée ramenée d'Afrique du Nord par le Docteur Paul Walkinson.

 

L’Hélicon publia plusieurs livrets de nouvelles et de textes à tendance ‘pataphysique.

Jean-Paul Verstraeten est l’instigateur de « Catarrhe, la voix de ceux qui ne manquent pas d’air » revue ‘pataphysique.

Pataphysicien sans le vouloir, il est le bras droit de Thierry Lechat fondateur de « La Cadémie de ‘Pataphysique de Montegnet ».

Ses titres :

Arpenteur de haut vol de l’ordre de l’Improbable, Grand Cacochyme des Compagnons de la Coquecigrue, Muletier d'Honneur de l’Ordre de la Jarretelle, détenteur du Glandeur d’or et de la Rosette de Lyon.

 

 

Graphiste, il propose lors de l'exposition du 18 octobre, entre autres choses, des images numériques dans l’esprit des collages Dada illustrant des mots difficiles ou inventés.

 

verstraeten, exposition, événement, catarrhe

verstraeten, exposition, événement, catarrhe

 

Une autre série nommée « Que sont-ils devenus? » met en situation actuelle les personnages principaux de tableaux célèbres.

verstraeten, exposition, événement, catarrhe

01/09/2014

La Cadémie de 'Pataphysique de Montegnet

Lors de notre événement du 18 octobre 2014, la revue Catarrhe s'associera à La Cadémie de 'Pataphysique de Montegnet pour vous présenter des animations sans pareils.

Mais qu'en est-il de cette fameuse « Cadémie » ?

Le village de Montegnet situé dans une zone géographique communément dénommée « Vrai-Condroz », province de Namur,Wallonie, Belgique, se targue d’abriter depuis le 21 avril 2013, une académie au titre étonnant, fondée par Thierry Lechat.

Même si la hauteur du lieu, selon l’institut géographique national, frise avec ses 307 mètres au dessus du niveau de la mer, qu’une cinquantaine d’habitations en pierres d’avoine à l’alimentation en eau parfois aléatoire se dresse depuis le 18EME siècle, cela ne fait jamais qu’une centaine d’habitants vivant au rythme du temps et de la marche du monde.

Nous salivons des yeux, nous ouvrons l’œil, souvent les deux. Nous aimons, fredonnons, chérissons les vins de soleil et le merle moqueur.

Ne tournons pas autour du pot.

Il en fallait donc plus !!!

Un besoin physique incompressible par exemple; se lever la nuit vers le territoire de chasse aménagé, propice à nourrir tout à son aise cette réflexion oh combien profonde : « Faut-il laisser pisser ou marquer son territoire ? »

Nous y sommes.

 

 La Cadémie de 'Pataphysique de Montegnet, Catarrhe

Les signes de reconnaissances.

La Cadémie de 'Pataphysique de Montegnet se visualise dès à présent par une affiche à son nom.

La Cadémie de 'Pataphysique de Montegnet, Catarrhe

 

Une plaque commémorative inaugurée en façade de maison au n° 34 laisse désormais les promeneurs intrigués. Le guide Michemin en fait état : 4 étoiles suffisent pour l’instant.

La Cadémie de 'Pataphysique de Montegnet, Catarrhe

L’Ordre de l’Improbable : le diplôme , les médailles et l’intronisation.

On connaissait la légion d’honneur, l’ordre de la grande jarretière, le mérite agricole…et même l’ordre alphabétique.

La création de « l’Ordre de l’Improbable »  devenait irréversible. Il se décline aujourd’hui en maintes médailles dont chaque remise individuelle s’accompagne de moult agapes et incontinences verbales.

Parmi celles-ci: « Souleveur de paupières », « Arpenteur de haut vol », « Grand Harangueur », « Grand Ornithomancier », « Fulgurante Cordophone » et « Greffière de l’Etre et de lettres ».

Toutes attribuées lors d’une première intronisation mémorable à la fête du village de Montegnet en septembre 2013.

La Cadémie de 'Pataphysique de Montegnet, Catarrhe La Cadémie de 'Pataphysique de Montegnet, Catarrhe   La Cadémie de 'Pataphysique de Montegnet, Catarrhe

La Gidouille.

Tel est le sceau auquel se réfère La Cadémie de 'Pataphysique de Montegnet.

 

La Cadémie de 'Pataphysique de Montegnet, Catarrhe

Les publications

- Le précis de jubilation oratoire.

La Cadémie de 'Pataphysique de Montegnet, Catarrhe

- Les aphorismes.

Antérieurement publiés pour bon nombre, notamment au travers de la revue «Catarrhe », ils prennent actuellement la forme de cartes de visite dont le lancer aléatoire accompagnera désormais les prochaines joutes oratoires.

 

Allergiques aux cloisons étanches,

Fréquentons les accotements du savoir patenté,

Persillons nos discours de

Joyeusetés abyssales !

 

D'après un texte de Thierry Lechat.

 

 

 

 

30/08/2014

La presse parle de la revue Catarrhe

La revue Catarrhe devrait faire partie du programme de l'éducation nationale.

En effet, dans quel livre scolaire trouve-t-on une linguistique appliquée qui démontre aussi clairement par l'exemple l'utilisation des préfixes et suffixes ?

Le Matin Illustré

 

Dans quel autre opuscule peut-on mieux comprendre le style de nos plus grands poètes que dans la revue Catarrhe qui nous fourni des paragons incontournables.

La Table Prompte

 

C'est un scandale ! Ce ne sont qu'allusions aux choses de la chair. À quand l'apologie de la chair de vérité ?

La Cloche Papale

 

Enfin un chroniqueur qui ne badine pas avec l'humour.

Marri Patch

 

Catarrhe, un modèle de réflexion dont les dessins ne sont que autant de miroirs tournés vers notre « Über-Ich ».

Les Enfants de Freud

 

Ses carnets ornithologiques nous ouvrent enfin une porte sur la vie réelle mais rude des scientifiques.

Nos Amis les Cols Verts

 

Un condensé d'aphorismes poétiques ou sentencieux qui soulèvent les jupes de nos certitudes intellectuelles.

Mods et travelots

10/08/2014

Un peu de culture 6

Le Provincier

Sous-embranchement : Angiospermes
Sous-classe : Dicotylédones
Ordre : Rosales
Famille : Rosacées
Padus flos provincialis

Arbuste à branches brun luisant ; munie au sommet du pétiole de 2 petites glandes circulaires; fleurs blanches en grappes bien fournies ; fruits à noyaux ; floraison : avril-mai.

Espèce indigène disparue vers 1920.

 

Citation :

« Les feuilles s’envolent par bandes, reviennent aussitôt, peureuses, apprivoisées, et tâchent de se raccrocher. Celles de l’acacia, fines, soupirent ; celles du bouleau écorché se plaignent ; celles du marronnier sifflent et les fleurs de province clapotent en se poursuivant. »

Poil de carotte – Jules Renard 1894
Transcription J-B Walkinson

fleur de province, confiture, culture, Walkinson, Catarrhe

Grande fête bissextile du provincier à feuilles caduques:

Le 29 février de chaque année bissextile, s’organisait traditionnellement en province de Namur, une grande fête villageoise en l’honneur du Provincier.

On la dénommait très judicieusement « li fiesse di l’ãb di févri ». On ne retrouve cette manifestation que sporadiquement après 1914.

Lors de cette cérémonie les autochtones honoraient l’arbre unique du village en l’oignant d’élixir et en lui offrant une tartine de confiture enfuie en terre dans un trou pratiqué à ses pieds. Cette grande fête de la fertilité se terminait en musique, bien tard dans la nuit.

La confiture de province:

Les fruits se récoltent au mois de septembre. Il faut les cueillir ni trop grands, ni trop gros, ni trop mince.

Le matin, enlever les queues des fruits.
Le soir, mettre dans une grande casserole émaillée le même poids de fruits et de sucre.
Le lendemain matin, placer le récipient sur le feu, faire bouillir 5 minutes exactement à partir du moment du premier bouillon. Retirer du feu.
Le jour suivant, remettre la casserole au feu et faire bouillir 6 minutes. Retirer.
Le jour suivant, recommencer et faire bouillir 7 minutes ; verser alors dans les pots.
Quand la confiture est froide, couvrir les pots.

Extrait de « Pets de nonnes, chapias d’curés et autres recettes de religieuses »
Sœur supérieure Marie-Joseph – éditions épiscopales « La Grosse Cloche Sonne » Stoumont 1913

© Le fabuleux mais improbable Musée du Docteur Paul Walkinson

 

03/08/2014

Catarrhe N° 10

Catarrhe

Sonnez tambours, roulez trompettes !

La semaine prochaine, les abonnés auront la chance de lire dans Catarrhe N° 10 :

« Le Mensonge : l'essayer c'est l'adopter » par Marc Sanders, notre chroniqueur badin.

« Les carnets de voyages ornithologiques du Professeur Brodsky » vous emmèneront dans un voyage déroutant vers l'oasis de Ben-Ahin.

« Nouveautés du Politiquement Correct », quelques propositions du Docteur Lichic.

« Les préfixes MONO- et GÉO- » par notre linguiste de service Éric Dejaeger.

« DIRE (c'est à) » Thierry Lechat vous fera part de pensées poétiques à méditer.

« Ras-le-bol des barbecues » où l'humour noir de John Ellyton fera des ravages.

« BAUDELAIRE REVISITED » quelques performances d'André Stas & Éric Dejaeger, nos poètes coquins.

« De scènes lectures », la revue de presse de Jean-Philippe Goosens.

« L’immonde d’Olivier Texier » notre dessinateur de l'absurde qui n'a peur d'aucun sujet douteux.

« Connaître ses rails, puis dérailler sérieusement » et Paul Guiot déraille sérieusement avec ses aphorismes écrits après la composition des chansons de son dernier disque. Ici il ne chantera pas... dommage !

Notre publicité présentera les derniers maillots pour faire sensation sur les plages.

 

Ceux qui ne sont pas abonnés se brosseront et manqueront de grands moments littéraires.


Vous voulez vous abonner ? Contactez-nous : revue.catarrhe(at)gmail.com

ou lisez la page ABONNEMENT

Un numéro spécial de Catarrhe sortira de presse le 18 octobre prochain à l’occasion d’un grand événement en collaboration avec La Cadémie de ‘Pataphysique de Montegnet et le Centre culturel d’Havelange. Nos auteurs y feront plusieurs prestations et une exposition de leurs travaux sera visible. Nous en reparlerons.
Nous espérons vous y rencontrer.

09/07/2014

Un homme à la mer

Pour les vacances, vous préférez être bercé par les rythmes de la Bossa-nova, avec de bonnes paroles, de la tendresse et de l'humour ?
Voici ce qu'il vous faut : "Coeur à la mer" de Paul Guiot
(vous lirez ses aphorismes dans le prochain Catarrhe) Clin d'œil

Commandez-le ou écoutez-le ici : http://www.paulguiot.be/?q=album

 

Coeur à la mer Cover

Pour réussir vos vacances

Pas encore abonné à Catarrhe, bon, c'est une première lacune mais partez au moins en vacances avec un de nos auteurs... ou avec un de ses livres.

 

Un petit bouquin pratique à mettre dans un sac ou en poche ? Facile :

 

Comment abandonner convenablement son chien durant les vacances - Docteur Lichic

Ouvroir de Brèves de Comptoir Potentielle – Collectif OuBreCPo (avec le Dr Lichic)

Le pas sage à l'acte – André Stas

Les pAnsées – Philippe Goosens (2 tomes)

Des capiteuses pensées - Jean-Philippe Querton

 

Vous préférez plus de volume pour avoir « de quoi » ? Alors tournez-vous vers :

Un privé à bas bilan - Eric Dejaeger

La saga Maigros - Eric Dejaeger

Fume, c'est du belge - John F. Ellyton

Galop décès - John F. Ellyton

Les perdants - Jean-Philippe Querton

L'homme à la Chimay bleue - Jean-Philippe Querton

Et plein d'autres auteurs qui n'ont pas été publiés dans Catarrhe mais qui sont aussi édité par « Cactus inébranlable éditions ». C'est une petite maison d'édition, certes, mais qui sort des sentiers battus.

 

Voici leur catalogue : ICI

Bonnes vacances.

un peu de culture 5

 

oiseaux, walkinson, catarrhe, culture

 

L’Eider glisseur

 

Ordre : anseriformes

Famille : lamipèdes

Somateria levis

 

 

Extrême nord. Se reproduit sur les côtes. Pond de 2 à 4 œufs.

Se nourrit surtout de mollusques (principalement d’escargots à fourrure)

Dernier représentant d’une famille issue des palmipèdes s’étant adaptée à son biotope.

 

Citation :

 

« C’est le 25 octobre 1936 que nous fûmes envahis par cette grande émotion de la découverte que seul les chercheurs et les explorateurs peuvent connaître. Nous avions devant nos yeux ébahis, la dernière espèce d’anseriformes à s’être adapté aux interminables surfaces de glace du grand nord. Cet oiseau n’était pas palmé mais doté de patins à glace cornés.

Nous ne nous lassions pas de voir passer et repasser, à quelques mètres de notre campement, un couple d’Eider glisseur. Une colonie de pingouins assistant à la scène, tapait des ailerons en cadence. Pris au jeu de ce spectacle inoubliable, nous nous surprîmes à applaudir à chaque pirouette. Sans doute grisé par la fièvre des glaces, André Delbouille, notre jeune assistant, sortit même de son sac une plaquette où nous pûmes lire le chiffre dix. »

 

« Seul face à un monde de glace » Paul Walkinson

Editions Galipette - 1937

© Le fabuleux mais improbable Musée du Docteur Paul Walkinson