23/10/2014

Reportage TV

Fondateur de La Cadémie de Pataphysique de Montegnet, Thierry Lechat vient nous présenter l'exposition "La Voix de ceux qui ne manquent pas d'air" visible jusqu'au 27-10-2014 à La Maison qui bouge de Maffe. Petit voyage en absurdie dans Babel Café de Ma télé... C'est un reportage de Nicolas Debatty.

Thierry Lechat, la cadémie de 'pataphysique de montegnet, catarrhe, Matele

21/10/2014

Quelques photos

Les discours

 

catarrhe,la cadémie de 'pataphysique de montegnet,thierry lechat,jean-paul verstraeten,marc sanders,olivier texier,docteur lichic,eric dejaeger,andré stas,jean-philippe querton,cactus inébranlable,maison qui bouge,centre culturel havelange

Thierry Lechat "Souleveur de paupières" de La Cadémie de 'Pataphysique de Montegnet.

 

 

catarrhe,la cadémie de 'pataphysique de montegnet,thierry lechat,jean-paul verstraeten,marc sanders,olivier texier,docteur lichic,eric dejaeger,andré stas,jean-philippe querton,cactus inébranlable,maison qui bouge,centre culturel havelange

Jean-Paul Verstraeten détenteur de la "Rosette de Lyon"

 

 

catarrhe,la cadémie de 'pataphysique de montegnet,thierry lechat,jean-paul verstraeten,marc sanders,olivier texier,docteur lichic,eric dejaeger,andré stas,jean-philippe querton,cactus inébranlable,maison qui bouge,centre culturel havelange

Remise du titre de "Muletier d'Honneur de l'Ordre de la Jarretelle" aux auteurs de la revue Catarrhe

(ici Éric Dejaeger)

 

catarrhe,la cadémie de 'pataphysique de montegnet,thierry lechat,jean-paul verstraeten,marc sanders,olivier texier,docteur lichic,eric dejaeger,andré stas,jean-philippe querton,cactus inébranlable,maison qui bouge,centre culturel havelange

La décoration bien méritée.

 

 

 

L'exposition

 

Catarrhe, la cademie de 'pataphysique de montegnet,Centre culturel havelange, thierry lechat, jean-paul verstraeten,Marc Sanders, Dr Lichic, olivier texier, eric dejaeger, andré stas, jean philippe querton, cactus inébranlable, paul guiot, jean-luc roland

Marc Sanders "Le plateau des Méduses"

 

 

CIMG1189.JPG

 

Marc Sanders "Hôtel des diversités"

 

 

CIMG1199.JPG

Thierry Lechat "Précis de Jubilation Oratoire"

 

 

CIMG1188.JPG

Jean-Paul Verstraeten "Extrasomnoïdentités : noms à coucher dehors"

 

CIMG1196.JPG

Olivier Texier "Humour Noir"

 

Littérature

 

CIMG1184.JPG

Les livres de Cactus Inébranlable Éditions

 

CIMG1209.JPG

André Stas, Éric Dejaeger, Jean-Philippe Querton, Jean-Paul Verstraeten, Thierry Lechat

Florilège d'aphorismes.

 

Performance 

 

CIMG1225.JPG

Olivier Texier dit Michou la Savate et les Pom-Pom Girls de la Nova Dance Crew

 

 

CIMG1219.JPG

L'incroyable présentateur Jean-Luc Roland

 

Moment musical

 

CIMG1230.JPG

Petit moment intimiste avec Paul Guiot 

qui a partagé quelques chansons de son dernier disque "Cœur à la mer"

 

Conférence

 

Le Docteur Lichic nous a livré tous les secrets de la feuille de vigne d'Adam et Eve.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14/10/2014

La Maison qui Bouge

 

maison quui bouge,l'hélicon,havelange,catarrhe

 

Tout d'abord une présentation succincte s'impose.

Remontons le temps au siècle passé, plus précisément en 1999.

Rapidement surnommés « les joyeux baliseurs de voies parallèles », par des amis artistes, Marie-Rose Damis pour vous servir et Jean-Paul Verstraeten pour vous desservir, composaient l'équipe réduite mais active de l'a.s.b.l. L'Hélicon.

Nos expositions d'art avaient pour but d'accueillir un public non initié afin qu'il puisse avoir des points de références autres qu'un dilettantisme qui manque parfois de modestie ... en un mot: qu'on sache de quoi on parle!

 Lors de la mise en place de « La Route du Fromage », en 1999 donc, l’asbl L’Hélicon, n'ayant rien à vendre mais tout de même impliquée dans ce projet européen, sollicita un local pour y concocter une exposition pendant les festivités gourmandes. L’ancienne maison communale de Maffe fut proposée, le sourire en coin, par les participants qui n'en voulaient pas. Les membres de L’Hélicon, adorant les défis, acceptèrent la proposition.

L’ancienne maison communale de Maffe n’ayant plus d’attribution officielle, fut occupée pendant quelques années par Monsieur Fourneau. Après son décès, la maison resta vide et franchement délabrée.

Nous voici donc en compagnie d'Isabelle Frippiat, une amie dévouée, retroussant nos manches pour détapisser, vider les détritus, nettoyer les lieux de fond en combles et tout cela gracieusement comme il se doit.

Convaincu qu’il ne faut pas des millions pour réaliser un projet mais plus fondamentalement des idées et de l’huile de coude, L’Hélicon tire profit du côté, disons « patiné »  des lieux : un lavis est passé sur les murs. Les trous dans le plafond sont exploités. Un Tarzan tenant un sachet de frites dessiné par Roland Breucker en descend par une liane.

Dès la porte d'entrée franchie, on peut lire un texte calligraphié à même la cloison:

Quand bien même le poids des ans

A meurtri mon ossature,

Et si chaque image de ma vie

Couvre mes murs de patine,

Dites-vous bien que mon cœur bat encore.

Aujourd'hui, je me réveille,

Demain, je rajeunis.

 

Encore faut-il un nom au lieu. Cette maison va revivre, il va y avoir des activités, donc en langage populaire elle va« bouger ». Mais si on prend l'idée au premier degré, il se peut que la maison tressaille, tressaute, peut-être même se meuve. Le nom est trouvé : « La Maison qui bouge ». Notez que parfois, lors de dévernissages, nous l'avons vu effectivement bouger... mais seuls les hommes savent pourquoi.

Ce côté mystérieux interpelle souvent les visiteurs, le but recherché étant d'accrocher l'attention, c'est une réussite, tout le monde s'en souvient.

Pour l’événement de 1999, une première exposition y fut donc élaborée: « Quand les Muses s’attablent » avec la participation des éditions Les Capucines, spécialisées dans les produits du terroir, d'Esperluette éditions, des Editions de L’Hélicon, de La Maison de la Poésie de Namur et en invité d’honneur: Le Daily-Bul… excusez du peu! Les dessins originaux de Roland Breucker illustrant des textes d’André Balthazar furent en bonne place. Des œuvres de Verstraeten , Marc Sanders et les céramiques utilitaires de Philippe Monin agrémentèrent l’espace.

5000 personnes profitèrent de cet évènement et de cette exposition. Les sacs de pommes de terre laissés à l’entrée par les visiteurs côtoyaient en toute harmonie les légumes du livre « Linéaments » du Daily-Bul… un délice.

Puis avec les subsides européens, le rez-de-chaussée de la maison fut transformé dans le but d’y créer un « centre d’interprétation du fromage ». Plus tard, la Commune de Havelange aménagea également l’étage du bâtiment.

L’échevin de la culture laissa le bâtiment à disposition de celui qui voudrait y réaliser une exposition. Presque seul L’Hélicon saisit l’opportunité. Et dès ce jour la maison bougea!

Nous revînment alors à nos premières amours, moins fromagères.

Loin d'être un kaléidoscope de notre travail, les connaisseurs reconnaîtrons quelques « grandes pointures » qui arborèrent alors les cimaises de la Maison qui Bouge comme par exemple: Roland Breucker, Bernadette Lambrecht, Jean-Pierre Verheggen, Robert Cahay, Lou Dubois, Cécile Bertrand, le Daily-Bul avec Achille Chavée, Pol Bury, André Balthazar, Pierre Alechinsky et bien d'autres.

Ensuite, l'avenir des lieux devenant incertain, nous voguâmes vers d'autres lieux plus concernés.

Parfois considérés par certains comme élitistes, nous avons cependant toujours apporté à nos expositions un aspect ludique accessible à tous les niveaux.

Nous profitons de l'occasion pour congratuler le noyau dur autant que qualifié du jeune Centre Culturel d'Havelange pour son efficience et nous lui souhaitons de continuer passionnément, contre vents et marées, une démarche artistique trop souvent prise à la légère par les néophytes.

maison quui bouge,l'hélicon,havelange,catarrhe

Robert Cahay (Bronzes)

maison quui bouge,l'hélicon,havelange,catarrhe

POLSIKASÜ Biblio-bar

maison quui bouge,l'hélicon,havelange,catarrhe

Les grenouilles écrasées de Cécile Bertrand

maison qui bouge,l'hélicon,havelange,catarrhe

Le surréalisme de Lou Dubois

maison qui bouge,l'hélicon,havelange,catarrhe

Max Vandervorst lors de l'exposition R. Cahay

maison qui bouge,l'hélicon,havelange,catarrhe

Roland Breucker et le Daily-Bul 1999

maison qui bouge,l'hélicon,havelange,catarrhe

Radio Prague lors du vernissage de l'exposition O. Texier

maison qui bouge,l'hélicon,havelange,catarrhe

"Faut-il condamner les bibliophiles qui rôdent sous les escabeaux" Roland Breucker 2002

maison qui bouge,l'hélicon,havelange,catarrhe

Lecture de textes de Max Jacob par Robert Dellieu - Exposition Lou Dubois

 

maison qui bouge,l'hélicon,havelange,catarrhe

Enseigne Roland Breucker 2004

maison qui bouge,l'hélicon,havelange,catarrhe

Roland Breucker

maison qui bouge,l'hélicon,havelange,catarrhe

Olivier Texier

 

 

 

05/10/2014

Nos invités

A l'occasion  de notre événement du 18 octobre, paraîtra un numéro spécial de la revue Catarrhe, comprenant 36 pages. Ce numéro d'octobre sera entièrement illustré par Olivier Texier. Viennent s'ajouter à nos auteurs habituels, Marc Sanders, Éric Dejaeger, Dr Lichic, Olivier Texier, Thierry Lechat et Jean-Paul Verstraeten, quelques invités de marque.

 

Paul Guiot

A 15 ans, Paul Guiot commence à écrire des poèmes, des petits textes humoristiques, des nouvelles. Depuis, le goût d’écrire ne l’a jamais quitté. Plus que le sens du texte, ce qui l’intéresse est l’effet produit par l’agencement des sons et du sens. De là à mettre les mots en musique, il n’y a qu’un pas à franchir.

Il participe à plusieurs projets de revues poétiques : « l’In-able », « Microbe ». En 2000 Il collabore avec Paul Dulieu au sein du groupe Sacrebleu pour mettre en musique quelques poèmes du poète Norge. Un 1er album sort au nom du groupe (« Déjeuner sur l’herbe en compagnie de Norge »).

En 2006 il publie le roman parodique « Psychédéclic ».

En 2013 sort l’album « Cœur à la mer ». Les textes cette fois sont de sa plume. La musique est acoustique, privilégie les sons chauds et boisés. Les compositions sont hybrides, d’influence jazz, classique, sud-américaine. On trouve également une balade rock (La glace) dans le répertoire.



Jean-Philippe Querton

Né à Bruxelles en 1960, mais vivant à Ecaussinnes depuis toujours.

L’auteur suit un parcours professionnel sinueux dont les méandres l’amèneront à revêtir tour à tour les costumes d’éducateur, d’étudiant en Sciences Psychopédagogiques, d’objecteur de conscience, d’animateur de radio libre, d’aubergiste, de marchand de fromages, de présentateur de podium de variétés, d’importateur de foie gras, de restaurateur, de caissier de station-service, d'écrivain et d'éditeur. ( Cactus Inébranlable éditions). Il participe à la revue « La Belle-mère dure ».

 

Le poulet aux olives, éditions Chloé des Lys, 2004.

Pronunciamiento, éditions Azimuts, 2005.

L'homme à la Chimay bleue, éditions Chloé des Lys, 2007.

Mortelle praline, éditions Chloé des Lys, 2007.

Les perdants, éditions Chloé des Lys, 2009.

Des capiteuses pensées, Cactus Inébranlable éditions, 2011.

Les trésors de la cuisine du Hainaut, Imprimerie provinciale du Hainaut, 2011.

La méthadone m'a tué, éditions Chloé des Lys, 2011



Jean-Philippe Goosens

Portrait de l’auteur par lui-même:

Sorti des Beaux-Arts de Tournai - après y être arrivé par hasard - avec un joli diplôme d'infographiste non pas en poche mais en papier, voilà que je parcours la région en quête de quoi occuper mes journées et me remplir la panse. Tour à tour, graphiste de TV locale tournaisienne, dans une gazette namuroise, à la fédération Patro à Gilly, chez un vendeur par correspondance tournaisien, et enfin dans une célèbre association de défense de consommateurs où je partage mon temps entre la vidéo et la mise en pages de revues.
Oscillant désespérément entre optimisme non pratiquant et pessimisme refoulé, voire le contraire, on peut dire clairement que je suis influencé par les Jean-Luc Fonck, Pierre Desproges, Bobby Lapointe,  Gotlib, Philippe Geluck, Vincent Baguian, Juan d'Oultremont et autres Snuls en en oubliant sûrement beaucoup d'autres. Si vous estimez, vous qui lisez ces lignes, que vous m'avez influencé, n'hésitez pas à compléter la liste directement sur votre écran (quand je peux faire plaisir).
Pour façonner une pAnsée, rien de plus simple, il suffit d'écouter ce qui se dit dans la rue, en radio ou à la télé... Tout est là, y'a qu'à se servir ! 

Les pAnsées - Tome 1 - Le ridicule ne tuba Cactus Inébranlable éditions

Les pAnsées Tome B Duo de la fadaise Préface de Fred Jannin Cactus Inébranlable éditions



John F. Ellyton

même s’il est né sur le vieux continent, a un point commun avec de nombreux écrivains américains : il a pas mal bourlingué. Il a tâté de la marine marchande, il a travaillé, toujours dans le milieu du transport maritime, à Copenhague, Athènes, Londres et Anvers, avant de se tourner vers le monde de la littérature, tout d’abord comme libraire, ensuite comme éditeur.
Fondées en 1995 par John F. Ellyton, les éditions Memor publient des romans, des récits et de la poésie pour les jeunes (collections
Couleur), mais aussi des essais sur des sujets divers, l’éducation, la religion, etc (collection Transparence). Son principal succès de vente est un roman de Frank Andriat, La remplaçante. Il participe aux revues « La Belle-mère dure » et « Microbe »

Galop Décès. Cactus Inébranlable éditions

Fume, c'est du belge. Cactus Inébranlable éditions



André Stas

Né à Liège en 1949, André Stas est un représentant majeur du surréalisme wallon. Il est également licencié en philologie romane de l'Université de Liège.

Maître de l'absurdisme, grand « jardinier du paradoxe », pataphysicien notoire, proche des fous littéraires d'André Blavier (il est membre-fondateur de l' « Institut International de Recherches et d'Explorations sur les Fous littéraires, Hétéroclites, Excentriques, Irréguliers, Outsiders, Tapés, Assimilés, sans oublier tous les autres ... »), le « Professeur Stas » est un collagiste surdoué et internationalement reconnu doublé d'un redoutable humoriste, comme en témoignent, entre autres, ses apparitions fréquentes dans les pages de Fluide Glacial, magazine dont il partage le goût pour l' « umour et la dérision ». 

Stas est aussi un écrivain à part entière, comme en témoignent non seulement ses ouvrages publiés, mais aussi ses brèves de comptoirs et ses rugissants aphorismes. En 2009, il a reçu le Prix Xavier Forneret de l'Humour Noir pour son faux roman noir à clef, Entre les poires et les faux mages, dont la préface, signée par Jean-Bernard Pouy, présente l'auteur comme sachant « tout sur tout, à condition que ça soit du domaine du poil à gratter les crétins, les coincés et les bourgeois ».

Michel Delville

Ses titres :

Culminant du Collège de 'Pataphysique de la Chaire fondamentale de Travaux Pratiques d'Aliénation Mentale, Grand Fécial Consort de l'Ordre de la Grande Gidouille, Co-Recteur de l'Institut Limbourgeois des Hautes Etudes 'Pataphysiques, âme de l'Institut Itinérant des Petites et Moyennes Etudes 'Pataphysiques, Chevalier de la Confrérie du Taste-Fesse, Membre de l'Académie Zygomatique, Grand Epistolier de la Confrérie de la Chouffe, Compagnon de la Confrérie du Carpophore, Ministre de la 'Pataphysique, des majorettes et des pom-pom girls de l'Empire Kafre, Grand Dipsomane de l'Empire Impérial, Consul Honoraire du Sultanat de Bouillon.



Le Grand Karmaval, fable, Galopin, Spa, Belgique, 2005, 108 p.

Sur les autres mondes, portfolio, Galopin, Spa, Belgique, 15 pl. couleurs

Les Cent Nouvelles pas neuves, passe-temps livresque, Galopin, Spa, Belgique, 2005, 108 p.

24 Heures dûment, passe-temps livresque, Galopin, Spa, Belgique, 108 p.

Les Bornes reculées, aphorismes, etc. , Galopin, Spa, Belgique, 2006, 128 p. 14 ill.

Collages, chez l'artiste, 118 p., 152 ill. couleurs

Entre les poires et les faux mages, préface de Jean-Bernard Pouy, Éditions des Cendres, 2008, prix de l'Humour noir Xavier Forneret 20093

Ubu roi ou La Disparition du tyran polonais, Alfred Jarry et André Stas, Au crayon qui tue, éditeur, Paris, 2010

Les Nègres du Kilimandjaro, Journal de voyage d'André Stas, suivi de Ce qu'en pense Yak Rivais et de Le Pot aux roses, avec neuf « Neiges » de Capitaine Lonchamps, Au crayon qui tue, éditeur, Paris, 2012

Le Pas Sage à l’acte, Cactus Inébranlable éditions, 2014



02/10/2014

Spécial Catarrhe

En avant-première, voici deux dessins d'Olivier Texier, spécialement créés à l'occasion de notre événement du 18 octobre et que vous pourrez découvrir à l'exposition, parmi une vingtaine de ses dessins originaux.

 

 

olivier texier, dessin, revue, catarrhe

 

olivier texier, dessin, catarrhe

Le blog d'Olivier Texier : http://otexier.blogspot.be/

26/09/2014

Docteur Lichic

Lors de notre événement du 18 octobre, le Docteur Lichic fera une conférence hors du commun:

"Éléments d'Ampélographie adamique"

Adam et Ève portaient la feuille de vigne, certes, mais de quel cépage?

Une pérégrination entre histoire de l'Art, botanique et ‘Pataphysique.
Le Dr Lichic proposera, d’une façon interactive, l’explication des mots difficiles.

Mais qui est ce mystérieux Docteur Lichic ?

Né en 1952, le Dr Lichic, Myrméléonidologue, Euthérien, diplômé de la Faculté des Sciences Agronomiques et Telluriques de Djibloux, édite des opuscules diaphorétiques comme d’autres cultivent les géraniums au balcon, toujours dans l’espoir secret de les faire incidemment, stochastiquement et aléatoirement pénétrer dans les crânes de ses contemporains. Grand Cynapostat de l’Empire Impérial, Membre fondateur de l’Observatoire Bruxellois du Clinamen, il milite pour la libération des escargots de leurs coquilles, afin que celles-ci, vides et débarrassées de leur contingences matérielles, incarnent totalement la Gidouille. Il est également conférencier.

Ses titres :

Régent de Mythographie animale et végétale au Collège de 'Pataphysique de Paris, Grand Cynapostat de l'Empire Impérial, Membre fondateur de l'Observatoire bruxellois du Clinamen, Porteur de l'Ordre du Sterput.

Bibliographie :

 

Aux éditions Anonymes

« C’est en lisant que l’on devient Liseron. Recueil d’A-propos circonstanciés »

 

Aux éditions de la Sagesse des Nations

« Deux anglais sur un Lion » (Traduction de Lord Hamilton)

« Mythes, Enigmes, et Révélations Avouables, Extrasystoles et Vertiges sur le Fourmi Lion de Waterloo, et ses Conséquences Tangibles, Tangentes et Supposées, Épiphaniques et Apodictiques ».

 

Aux éditions de l’Hélicon

« Comment abandonner convenablement son chien durant les vacances. Pour une propédeutique de Cynopostasie Classique »

« Zorro, le mythe. Lecture diagonale et synthétique »

« Très Obvie, Superfétatoire et Cattaglossismique Éthologie de l’ordre des Chélicéropodes. Vie et mœurs de la pince à linge ». Préface d'André Stas.

« Leçons de Genre. Androphores, Gynophores, Androgynophores et autres techniques interlopes »

« La Morale de mon titre. Exercices de Presse-express à l’usage des bouffeurs de cru »

« Micro-traité d’Athéisme. Quelques aphorismes en hommage à Achille Chavée »

 

Aux éditions du Gluon du Livre

« Traité d’Ampélographie adamique »

 

Aux éditions GALOPIN

« Pour une valorisation industrielle éthique des embryons. »

 

Au Cactus Inébranlable Éditions

« Comment abandonner convenablement son chien durant les vacances. Pour une propédeutique de Cynopostasie Classique »

« Ouvroir de Brèves de Comptoir Potentielles. Manifeste, principes et travaux » Collectif OuBreCPo.

chien.jpg         couverture-oubrecpo-1-.jpg

fourmi-lion.jpg

micro traité boites.jpg

 

 

20/09/2014

Olivier Texier

Olivier fera une performance unique lors de notre grand événement du 18 octobre à La Maison qui Bouge de Maffe. Il fera une démonstration de Catch de Dessinateur à Moustache en solitaire. Il y aura également une exposition de ses dessins et de ses livres.

 

Portrait officiel d’Olivier Texier par M. Christophe Hubert (2012)

 

Olivier E. Texier,

le bonheur d’être heureux !

Olivier E. Texier est né sobrement au bout du monde, à l’ombre d’un immeuble, le jour de la Sainte Marthe en 1972. C’est dans la boulangerie paternelle qu’il fait ses premiers pas et ses premiers dessins, tracés au doigt, dans la farine. De toute cette farine, il gardera une certaine fragilité bronchique. Depuis, son cache-nez est son ami.

Pendant les années qui suivent, il mène une scolarité habile et sobre. Le temps libre, il aime violer le papier avec la mine de plomb ou l’encre.

À dix ans, c’est l’éveil érotique, les majorettes le fascinent. Certains se souviennent aussi l’avoir vu, plus tard, s’exercer à des figures érotiques sur une mobylette (avec casque).

Plus tard encore, à Nantes, il résistera passivement aux appels intégristes et extrême-droitistes au lycée Saint-Stanislasss. Il quittera cette vulgarité pour celle de la fac de lettres.

 

Texier est déjà buté.

Pour répondre civilement à l’appel de la République, O. E. Texier pratiquera l’objection de cons (science humaine). C’est à cette époque qu’il va le plus s’adonner aux joies renouvelées du dessin, du bar, de la photocopieuse et du massicot. Sobrement.

Son goût prononcé pour le confort permet de le repérer facilement. Il ne supporte pas un vêtement dont l’étiquette gratte ; Texier a la peau douce. Il aime la couleur jaune pour sa chemise ou son habit de girafon. Toujours distingué, il est ganté l’hiver. Ne vous laissez pas tromper par son caban qui lui donne de faux airs de loup de mer ; avec sa bicyclette, il ressemble plutôt au facteur de « jour de fête » de Jacques Tati.

Il affectionne ses pantoufles et son lit. Dormir. Il sait particulièrement bien dormir. Il s’entraîne régulièrement.

 

Olivier E. Texier est organisé. Chez lui, dimanche à 17 heures, bain et chocolat chaud. De même, très tôt, il s’est doté d’un répondeur téléphonique hygiénique et d’innombrables post-it.

Son naturel est plutôt heureux ; son rire, syncopé, est sobre. Vous lui ferez plaisir en lui offrant du papier à bulles : il saura s’en occuper avec méthode.

Il préfère les tomates farcies à l’andouillette, ce qui est le signe d’un manque de maturité pour certains. Seuls les fromages à trous sont à son goût ; probablement pour les rêveries et les possibilités offertes par les trous.

Pour la gymnastique, il préfère le beau sexe*, sobrement dodu si possible. (* beau sexe = espace de démocratie locale).

Il partage son logement avec son principal éditeur et sa chatte Michel au caractère énigmatique.

 

Au boulot, c’est un factionnaire zélé, attentif à libérer la liberté, entre deux discours. Il met à profit le plus petit interstice de liberté pour dessiner, partout ; dans le tramway, à la mairie, en ville comme à la maison. On ne peut pas dire que Texier travaille vraiment. Dessiner, ce n’est pas travailler, les travailleurs le savent bien. En revanche, il dessine beaucoup. Son dessin est sobre, ce qui ne l’empêche pas d’être idiot, crétin, sale ou grottesque (art pariétal moderne). Le noir, couleur purement morale, y est quasi exclusif. Ce choix s’impose en effet quand il s’agit de représenter sobrement l’humain, avec ses humeurs, ses moiteurs, ses tendances, même les plus floues.

 

O. E. Texier est un dessinateur de légendes noires qui se contrefout de la couleur. La couleur est un concept bourgeois et réactionnaire ; pas question de se compromettre avec ce genre de maquillage. Il laisse certains de ses éditeurs en friche tartiner de couleurs certains de ses dessins (sans légendes). Le résultat n’en est que plus sale.

Olivier E. Texier est un savant, son œil et son esprit sont principalement ouverts. Ses préoccupations sont vastes et les thèmes de ses dessins universels ; il prépare une épopée rose « L’étroit petit cochon » et un récit philosophique dessiné « Les plaisirs solitaires ». Un jour il publiera aussi ses discours bouguenaisiens.

 

Le jeu a une place privilégiée dans son emploi du temps très organisé : soit en solitaire avec ses jouets, sa console de jeux, ou bien sur le ring avec les dessinateurs à moustache. On a tous vu en vrai ou des images de Michou la Savate, de Monsieur d’Uranus ou de Drapopo.

 

Olivier E. Texier enseigne le bonheur d’être heureux à qui en veut...

 Christophe Hubert

 

http://otexier.blogspot.com

 

 

Bibliographie :

 

 

35 fanzines auto-édités, 1997-2006

 

69 dessins sales, Le dernier Cri, 2001

 

En français dans le texte (Avec J.J. Tachdjian), La Chienne, 2004

 

Flatter la bête, MeMo, 2004

 

L'éléphant de terre deux (dessin), avec X-90 (scénario), Les Requins Marteaux, 2001

 

Le Bar, Humeurs, 2004

 

Les nouvelles aventures de Girafe (avec X-90), Les Requins Marteaux, 2005

 

Grotesk, Humeurs, 2006

 

Croisière Cosmos, Delcourt, 2008

 

Mal Faits, Les Rêveurs, 2008

 

Le Tarot taré, Le Dernier Cri, 2011

 

Campigne, Le Dernier Cri, 2012

 

Histoires Sans Gag, Vide cocagne, 2013

 

Les cacas ratés, Editions plus, 2013

 

Grotesk : Retour à l’anormal, Même-pas-mal, 2013

 

Cons-Sidérations, Humus, 2013

 

Marv & Jonny, Les Requins Marteaux, 2013

 

Texas N°1 - Texier, ton univers impitoyable, Vide Cocagne, 2014

 

olivier texier, dessin, livres, catch de dessinateurs à moustaches, catarrhe

olivier texier, dessin, livres, catch de dessinateurs à moustaches, catarrhe

Olivier à droite, en Girafe, son personnage de BD.

olivier texier, dessin, livres, catch de dessinateurs à moustaches, catarrhe

 

 

 

 

 

17/09/2014

Eric Dejaeger

Lors de notre grand événement du 18 octobre 2014 à Maffe - Havelange, Éric Dejaeger présentera quelques poèmes extraits de son prochain livre : Une femme à gros seins qui court un marathon à paraître au printemps 2015 chez Gros Textes.

 

Né à Charleroi le 31 août 1958, il vit à Pont-à-Celles (Belgique).

Marié, il a trois filles et deux petits-enfants.

Il est professeur d’anglais dans une école bruxelloise.

Passionné depuis son plus jeune âge par la littérature, à laquelle il consacre tout son temps libre : lecture (en moyenne 120 titres par an), écriture, microédition et traduction.

Fan de Jacques Sternberg, Richard Brautigan, Ambrose Bierce, Achille Chavée, Marcel Mariën, Louis Scutenaire, Charles Bukowski, Raymond Chandler, Howard P. Lovecraft, l’infâme Céline, John et Dan Fante, Philip K. Dick, Jean Vautrin, Jim Harrison, James Crumley, John Irving, André Stas, Jean-Bernard Pouy & quelques autres.

 

 

En 2001, dans sa préface à Élagage max... (Éd. Memor), Jacques Sternberg écrit :

« Tu m’as immédiatement fait penser à un pro du raccourci, un virtuose de l’ellipse, un rechercheur, non pas des fioritures ou des arabesques, mais plus simplement de la chute finale, du choc imprévu. Ou même du gag brutal. »



Jean-Philippe Querton, le prolifique éditeur de « Cactus Inébranlable Éditions » dit ceci d'Éric Dejaeger :

« Lui, faut que ça l’amuse et sa matière première, c’est la langue. Alors, il ose tout et surtout, il rit de tout. Il contrepète, il néologise, il calemboure, il paronymise, il polysémise, bref il prend les mots et les phrases comme il les entend, les épluche, les contorsionne, les transforme, les hache menu, les saisit quelques minutes et les sert bien chauds.

Anarchiste impur et mou, individualiste forcené, il refuse catégoriquement les concessions aux modes et les étiquettes. »

 

BIBLIOGRAPHIE :

36 – Grand cru bien coté – Cactus Inébranlable éd. (Belgique, 2014)

35 – Grovisse de forme, avec André Stas (couverture de Sarah Dejaeger), Éditions Microbe (Belgique, 2014)

34 – Ouvrez le gaz trente minutes avant de craquer l’allumette (entièrement illustré par Pierre Soletti) Éditions Gros Textes, 2014

33 – L’anthologiste in Assortiment de crudités, recueil de nouvelles érotiques Cactus Inébranlable éditions, 2013

32 – Buk you ! – Recueil collectif autour de Charles Bukowski – Éd. Gros Textes (France, 2013)

31 – Un privé à bas bilan – Cactus Inébranlable éd. (Belgique, 2013)

30 – Les cancans de Cancale et environs (recueil instantané 3) – Autoédition – Tirage strictement limitée à 64 exemplaires (2012)

29 – La saga Maigros (couverture de Sarah Dejaeger) – Cactus Inébranlable éd. (Belgique, 2011)

28 – NON au littérairement correct ! (couverture et collages d’Émilie Alenda) – Éd. Gros Textes (France, 2011)

27 – Un Grand-Chapeau-Noir-Sur-Un-Long-Visage in Banlieue de Babylone (recueil collectif autour de Richard Brautigan), Éd. Gros Textes
(France, 2010)

26 – Je ne boirai plus jamais d’ouzo… aussi jeune (recueil instantané 2) – Autoédition – Tirage strictement limitée à 65 exemplaires (2010)

25 – Le seigneur des ânes (couverture de Sarah Dejaeger) – maelstrÖm réÉvolution (Belgique, 2010)

24 – Prises de vies en noir et noir (entièrement illustré par Pierre Tréfois) – Éd. Gros Textes (France, 2009)

23 – Trashaïkus – Les Éd. du Soir au Matin (France, 2009)

22 – De l’art d’accommoder un prosateur cocu à la sauce poétique suivi de Règlement de compte à O.K. Poetry
et de
Je suis un écrivain sérieux – Les Éd. de la Gare (France, 2009)

21 – La cité des Fleurs Fanées (couverture de Guy Servais) – Éd. Mijade, collection Zone J (Belgique, 2008)

20 – Indigents de Dublin (recueil instantané) – Autoédition – Tirage strictement limité à 50 exemplaires (2008)

19 – Maigrossesques (saison 1 – épisodes 1 à 13 - avec Ludovic Kaspar) – Éd. Tapuscrit (France, 2007, à télécharger).

18 – Les pensées d’un ortieculteur (couverture et illustrations d’Anne-Françoise Quoitin) – Les Ateliers du Tayrac (France, 2006)

17 – Lexique d’anthropoclastie, nouvelle version largement augmentée (préface de François Nedonema, couverture et illustrations
de Klerkz-Govartz) – Éd. Gros Textes (France, 2006)

16 – La cité des Fleurs Fanées (couverture de Klerkz-Govartz) – Éd. Memor, collection Couleurs (Belgique, 2005)

15 – Contes de la poésie ordinaire (couverture et illustrations de Joaquim Hock) – Éd. Memor, collection Transparences (Belgique, 2005)

14 – Dans la vie à coups de pioche (couverture et illustrations de Fabrice Fossé) – Éd. Gros Textes (France, 2004)

13 – Jivarosseries (couverture de Klerkz-Govartz) – Éd. Memor, collection Transparences (Belgique, 2004)

12 – Prose à hic (pré-textes de Jean Claude Bologne, couverture et illustrations de Béatrice Gaudy) – Éd. Gros Textes (France, 2001)

11 – Poèmes réincarnés dans un orteil aimé (couverture et illustrations de Michel Wilhelmi) – Éd. des Carnets du Dessert de Lune (Belgique, 2001)

10 – Petite excursion hors du pays des cons– Éd. de l'Heure (Belgique, 2001)

09 – Élagage max… (préface de Jacques Sternberg, couverture de François Nedonema) – Éd. Memor, collection Transparences (Belgique, 2001)

08 – Tiny ShitÉd. de l’Heure (Belgique, 2000)

07 – Tales of Ordinary PoetryRepresst Editing, collection Full Circle (USA, 2000)

06 – Pris de rhum La Plume Éd., collection Coup de plume (France, 2000)

05 – Quarante-trois Courts de la Méthode (couverture & intro de Paul Guiot) – Éd. Clapás, collection Franche-Lippée (France, 2000)

04 – La pelouse à B.Éd. des Carnets du Dessert de Lune (Belgique, 1999)

03 – Instants puisés au soleil de Camargue (couverture de Pierre Tréfois) – Éd. Clapás, collection Tiré à part (France, 1999)

02 – Petit lexique d’anthropoclastie (couverture & illustrations de Pierre Tréfois) – Éd. Gros Textes (France, 1998)

01 – Carnet d’extraits de calepins (couverture de Pierre Tréfois) – Éd. des Carnets du Dessert de Lune (Belgique, 1996)

 

À paraître :

Toujours NON au littérairement correct ! (couverture et collages d’Émilie Alenda) – Éd. Gros Textes (France, fin 2014)

Une femme à gros seins qui court un marathon (couverture de Sarah Dejaeger) – Éd. Gros Textes (France, 2015)

 

Depuis plus de vingt-cinq ans, plus de 600 textes parus dans plus de 80 revues.

Belgique : Plume au vent, Ouvertures, Remue-Méninges, Tam-Tam Club, Le Chalut, Méduse, Inédit, Regart, Phénix, Écrits Vains, L'Arbre à Plumes, Archipel, L'IN-ABLE, Traversées, Ombrages, L’Aconique, Le Percolateur, Bleu d'Encre, Microbe, Pollen d'Azur, La Cigogne, Le Galopin, Quantès, La Belle-mère dure, El batia moûrt soû, L’Arbre à Paroles, La BrucellÔse, Reflets Wallonie-Bruxelles, Les Élytres du Hanneton & Revue Bâtarde, Catarrhe. France : Le Cerf-Volant, Sol'Air, Rimbaud Revue, Casse, Salmigondis, Gros Textes, Le Ravachol, Mauvaise Graine, Démolition !, Pris de Peur, Comme Ça & Autrement, Martobre, Quimper est Poésie, La NouvellePlume, ZooFolies, Fluide Glacial (revue pro), Contre-allées, K-y-é, Vers de Plume, Le JeTé du Matin, Noniouze, Comme en Poésie, Les Hésitations d'une Mouche, La Marge, Hématomes Crochus, Scribanne, Poésie Terrestre, Nouveaux Délits, L’Heure-Tard, La Gazette des Amis de Thalie, Traces, Traction-brabant, El Campo, Liqueur 44, Les Assiettes Colorées, La Nouvelle Revue Moderne, La Branche Armée de la Poésie Souterraine, Chemins de Traverse, Nousvelles.com, Chos’e, Charogne, dissonances, L’Autobus & Les Tas de Mots. Suisse : Dockernet & Script Bizarre. USA : Shrimp, Cokefishing in Alpha Beat Soup, Shoes, LSR, Joey and the Black Boots, ZZZ Zyne, Chance Magazine, Lummox Journal, Heeltap, The Louisiana Review, Change & Bottle of Smoke Press broadside series. Canada : XYZ (revue pro) & Brèves littéraires. Irlande : The Brobdingnagian Times & The Lantern Review.

 

ÉDITION

Mai 1991 : création des Éditions Tirtonplan (collection "Refusés") & de la revue Écrits Vains, "maison" d'édition & revue non subsidiées. 26 numéros d'Écrits Vains (40 pages A4), 20 plaquettes "Refusés" & 3 petites anthologies (Érotix, Poèmes d’enfants & Aphourismes à lier) ont vu le jour. Essentiellement par manque de temps, la revue Écrits Vains et la collection Refusés ont cessé d’exister en mars 2000.

Septembre 2000 : création avec Paul Guiot de la revue Microbe & des éditions du même nom, "maison" d'édition & revue non subsidiées. Parus à ce jour : 83 numéros de la revue et 50 plaquettes "Mi(ni)crobe".

Mai 2008 : création avec John Ellyton et Jean-Philippe Querton de la revue en ligne. La Belle-Mère Dure, la revue qui paraît quand elle est prête. Parus à ce jour : 22 numéros. http://lbmdure.canalblog.com/

 

SPECTACLE

Membre de la joyeuse bande de LA NUIT DE LA BELGIQUE SAUVAGE, spectacle à connotation surréaliste (lecture de textes, chansons détournées et projection de vidéos) présenté par Noël Godin, avec André Stas, Fanchon Daemers, Théophile de Giraud, Jan Bucquoy, le Dr. Lichic, Jean-Philippe Querton et quelques autres. Spectacle donné à Paris (Centre Wallonie-Bruxelles) en mars 2011 et en mai 2012, et à Saint-Malo (Festival des Étonnants Voyageurs) en mai 2012.

 

MUSIQUE

Quelques textes de chansons (en anglais) pour le CD "Soda" de Wimpie (AEP Music, 1995).

Quelques textes interprétés par Monsieur Delagare (alias Mustapha Aouar) sur un accompagnement musical d’Aurélien Rozo sur le CD « Du belge plein les poches » (Les Éditions de la Gare, 2009).

Ne manquez pas de visiter son Blog, une mine de références littéraires :

http://courttoujours.hautetfort.com/

 

 

grand-cru-couverture-1.jpg          eric dejaeger, litterature, livres, auteur, catarrhe

 

eric dejaeger, litterature, livres, auteur, catarrhe

 

13/09/2014

Thierry Lechat

celui qui rêve.jpg

 

 

Auteur de plusieurs ouvrages et contributions relatifs à la langue française, au patrimoine et à la citoyenneté,Thierry Lechat signe également une démarche irriguée par le surréalisme et la ‘Pataphysique.

Collages, aphorismes, nouvelles, poésie et uppercuts langagiers : une alchimie qui se donne à voir, à méditer et à rire sans retenue.

Lieux, espace, temps.

Comme l'atteste sa carte du ciel, Thierry Lechat est né à Louvain, le 19 janvier 1953, à 5 h 20.

Capricorne et donc dragon d'eau, il fut hébergé durant près de 40 ans sur le territoire de l’ancienne Principauté de Liège, aux lieux dits « Bois del Fiesse » et « Liège », ville adoptive de la lignée familiale paternelle depuis 1756.

Il vit, rêve, plante, écrit et déambule actuellement aux latitude et longitude

approximatives et respectives de 5°11’ et de 50°24’ à Montegnet-Flostoy, village

situé dans une zone géographique communément dénommée « Vrai-Condroz », province de Namur, Wallonie, Belgique.

Balises

Professeur de français et d'histoire à ses débuts, il se lance dans la pédagogie du projet et crée en 1986 la revue « Mutations ». Récits et projets se succèdent avec le plaisir d’enseigner hors des sentiers battus: la transformation d’un gymnase entièrement réaménagé en salle de spectacle par les étudiants pour un concert donné par tous les musiciens de l’Orchestre philharmonique de Liège,une collaboration avec le quotidien « La Cité » et le CRISP...la visite du Prince Philippe venu se rendre compte sur place de cette dynamique et enfin , « Berlin,un mur,une brèche et nos vingt ans » qui mènera tous ses étudiants à Berlin lors de la chute du mur en 1989.

1980: rencontre avec le sociologue Alain Tourraine en France, auteur de plusieurs ouvrages relatifs à la sociologie de l’action. Une collaboration porteuse de nouvelles énergies accompagnées également par Emile Servais à l’Université catholique de Louvain. Titulaire d’une licence en politiques économiques et socialesen 1982, il poursuivra sa formation par une licence complémentaire en psychopédagogie .

Nommé inspecteur de français, il commence à enseigner la communication orale et écrite, l’analyse des institutions ainsi que les politiques économiques et sociales en Haute École dans l’enseignement supérieur pédagogique .

1993: création de « Un mot pour l’autre », une revue interactive à destination de tous les professeurs de français en région liégeoise. Récits d’expériences pédagogiques, découvertes littéraires, soutien aux enseignants: un nouvel enjeu!

Remarqué par la Fondation Roi Baudouin pour ses nombreux projets relatifs à la citoyenneté et à la démocratie, il est invité à participer et à présider durant plus de dix ans différents jurys en lien avec les programmes « citoyenneté » et « patrimoine ».

Il publie de nombreux articles et livres consacrés à la pédagogie et à la citoyenneté sous le titre «Démocréativité » à la Fondation Roi Baudouin et aux éditions  « Luc Pire ».

Il est également co-auteur d'un manuel de français « Parler, lire, rédiger » paru aux éditions «De Boeck».

Lecteur invétéré, il participe au jury de la RTBF pour l'attribution du prix « Point de mire » des auditeurs de la radio qui consacre le roman « Marin mon coeur » d'Eugène Savitzkaya.

Un investissement qu’il réitère en 2007 comme membre du jury « Prix Première » de la Rtbf initié notamment par l’actuelle directrice de la télévision, Corinne Boulangier. Ce sera l’occasion de premières chroniques littéraires en radio.

Parallèlement à ces activités, il se lance dans l'écriture et la technique du collage.

Paraissent ainsi régulièrement des centaines d'aphorismes publiés comme textes à méditer dans les journaux de classe ou sous forme de cartes postales.

Véritables salves colorées où l'exigence de l'écriture poétique et philosophique s'allie à un humour tonique, les collages trouvent sans aucun doute leur origine au cœur de proximités inédites.

Les années 1980 à 2000 foisonnent en effet de projets et de rencontres avec notamment : Léo Ferré, les photographes Hubert Grooteclaes, Jean-Luc Deru et Philippe Gielen, les chanteurs Julos Beaucarne et Serge Utgé Royo, le chef d'orchestre Pierre Bartholomée, les écrivains et poètes André Blavier, Eugène Savitzkaya, Jacques Izoard,François Jacqmin et Fernando Arrabal, les graphistes et peintres Monique Cordier et Annick Dubisy, Roland Topor, Gabriel Ringlet, Xavier Mabille, Alain Touraine, Luc de Brabandere, Cécile Gouzée, la céramiste Fabienne Witthofs, Claude Weber, Jean-Paul Verstraeten, Michel Francard et le comédien et metteur en scène Vincent Libon.

1984 : création de la revue « l’Inventoire » avec le chanteur Julos Beaucarne.

1987: en collaboration avec plusieurs auteurs, publication de « Otage », rehaussé par douze dessins à l’encre de chine de Monique Cordier.

I990: parution de “Une griffe de café ?”, propos, nouvelle et aphorismes.

Dès 2004, nombreuses expositions de collages, textes et aphorismes. La chaîne de télévision « Matélé » en dressera un premier inventaire au travers d’un reportage intitulé: « Autoportrait ».

Novembre 2008, parution des premiers collages dans la revue ARTPOESIE en France.Texte de présentation par Marie-Lydie Joffre.

2012: depuis son jardin « remarquable » aux mille espèces bio, il rejoint «YOUPLA», bijoux pétillants pour petites et grandes rêveuses. Une entreprise développée par ses deux filles, Evelyne et Françoise. Et, c’est au travers de la collection « La plume à l’oreille », que textes et collages se lisent désormais au rythme balancé des boucles d’oreilles.

2013: création de « La Cadémie de ‘Pataphysique de Montegnet ». Publication de « l’Ordre de l’Improbable » et du « Précis de jubilation oratoire » dont les premiers extraits paraissent dans la revue « Catarrhe » initiée par Jean-Paul Verstraeten.

Passionné de jazz et de musique classique, il sera successivement administrateur de l'Orchestre philharmonique de Liège, de l'Orchestre de chambre de Wallonie et de l’Opéra Royal de Liège-Wallonie.

 

démocréativité.jpg     innovons.jpg

soumission.jpg chanter.jpg

GESTE 02.jpg

© Thierry Lechat

 

 

11/09/2014

Marc Sanders

Vous aurez la chance de découvrir les dernières créations de Marc Sanders lors de notre grand événement du 18 octobre à la Maison qui Bouge de Maffe - Havelange.

 

Marc Sanders, ce soixante-huitard égaré, ce plasticien perdu sans collier, a été nourri de Pop-Art, qu’il découvre avec son père. Pendant ses études de droit, il se gave de culture rock (l’authentique !) qui l’amène a réaliser ses premiers collages à base de photocopies et de coupures de journaux. La Rock attitude ne l'a plus jamais quitté.

Il s’abreuve de films américains en noir et blanc. Il dévore les séries noires – versions originales. Par opposition il partage l’humour subtil de San-Antonio, Gordon Zola, Pierre Dac et réciproquement.

La vie passe et toute sa culture lui remonte à l’esprit (et il en a !), bulle après bulle.

Marc Sanders est un actif. Il retrousse ses manches et détrousse les fonds de tiroirs, les objets abandonnés par notre société l’interpellent, le chrome l’attire.

Alors il assemble, colle, visse.

Ses assemblages sont parsemés de textes, références ou allusions discrètes à ses états d’âmes. Marc Sanders aime les textes. Il est d’ailleurs l’auteur de plusieurs nouvelles et les aphorismes sont sa spécialité. Son style journalistique, vivant, humain, vogue entre chronique et Polaroïd. Humeurs flirtent avec humour. Il nourrit une rubrique dans la revue Catarrhe.

Ses assemblages sont chaotiques mais forts, actuels, citadins, remplis de subtilités et d’émotions… du Marc Sanders quoi !

Professeur à l’ISNAPH (l’Institut Supérieur de Nanologie Appliquée de Petit-Hallet), il participa à la découverte du Nanus Otiosus, le premier Nain Libre Glandeur.

 

Bibliographie:

Aux éditions de L’Hélicon:

Pour que les chiens écrasés redeviennent ce qu’ils n’auraient jamais dû cesser d’être: nombreux.

Matinée volatile.

La piqûre

Mort, qui t’a permis

Vache-moi les baskets

Edelweiss attitude

A collaboré à « de vaches et d’autres » éditions du Daily-Bul.

Chronique badine dans la revue Catarrhe.

marc sanders, art, littérature, catarrhe   marc sanders, art, littérature, catarrhe

marc sanders, art, littérature, catarrhe

marc sanders, art, littérature, catarrhe

marc sanders, art, littérature, catarrhe

Photos du Centre Culturel de Huy