30/05/2014

Levons le point

Catarrhe, point, abréviation

Les abréviations mettent la langue française sur un terrain glissant et comme des patins, elles sont plus gênantes qu'une langue roulée anglo-saxone. C'est pourquoi nous avons fondé le «Mouvement de Décontraction de l'Abréviation Réductrice» dont la mission sera, tel l'Abel de Cadix, de brandir un oeil de velours dans une main d'acier afin d'épier dévots, politiques et commerçants attirés par la muleta de la facilité et de les empêcher de mettre un point noir sur la figure d'une langue belle. Dès aujourd'hui, nous lèverons le point de ces mots estropiés qui, comme un ongle incarné, empêche de démarcher à l'aise et de porter à l'horizon une pensée qui frappe à la porte de notre ouverture d'esprit. Ces points titillés doivent tomber dans la cuvette de l'oubli et doivent mettre, une fois pour toute, un couvercle sur le panier percé du travail de l'Académie dont les papys de la langue vivante sont chargés de diminuer les bavures linguistiques. Dans toute l'Europe, d'ouest en est, il faut que notre voix buccale reste pure et contrairement à l'Abdel de Cadix ajoutant du maure aux vaches espagnoles qui avaient déjà tant de mal à pratiquer le français, restons simples.
         
Afin de commémorer cette initiative, nous avons décidé de commun accord, au pied levé, d'instaurer la journée sans abréviations. Le 1er juin sera donc notre jour le plus long puisqu'il sera un jour sans points.
         
Comme les mots que nous défendons, nous resterons entiers face à une langue qui se décompose et nous crierons bien fort « Non aux abrégés en lettres !».

 

Lu dans Catarrhe numéro 9