18/07/2017

Athanor

Descendant direct des manifestations de L’Hélicon (et beau à la fois), dans l’esprit de celle qui sévit dans Catarrhe, nous vous invitons à un événement hors du commun. L’exposition des sculptures de Philippe Nicodème et le conte de Céline Maltère ne vous laisseront pas de pierre !

 

 

 

« Athanor et les hommes de pierre » est un événement pluridisciplinaire qui se déroulera en l’église Saint-Rémy de Flostoy le 23 septembre à 20 h.

 


L’histoire du projet :

Des musiciennes qui avaient envie de jouer en un lieu de prestige.

Pour moi, une envie d’exposer un artiste hors du commun dans un lieu en harmonie avec ses sculptures.

La belle église romane de Flostoy, un peu esseulée, nous tendait les bras.

Une écrivaine charmée par les sculptures lesquelles lui inspirent un conte philosophique mettant en scène les personnages de ces sculptures.

Un comédien enthousiasmé par le projet qui décortique les mots et pénètre au cœur de l’histoire.

Des musiciens multi-instrumentistes qui vivent le conte avec lui.

Des décors mettant en scène les sculptures et il n’y a plus qu’à nos musiciennes à introduire le spectacle et le clôturer.

POURQUOI L’EGLISE St REMY:

 

L’église romane Saint Rémy de Flostoy :

Édifice composite en moellons de grès et de calcaire bâti à l’époque romane.

Bâtisse du XIe s., tour carrée du XIIe ou XIIIe s., six colonnes gothiques du XVIe s., réaménagements au XVIIIe s. et adjonctions néo-romanes en 1877.

Fonts baptismaux romans du XIIe s., bénitier gothique du XVIe s., retable représentant le baptême de Clovis par Saint-Rémy datant du XVIIIe s.

Philippe nicodème, céline maltère Philippe nicodème, céline maltère

Philippe nicodème, céline maltère Philippe nicodème, céline maltère

ET POURQUOI LES SCULPTURES DE PHILIPPE NICODEME:

Les sculptures de Philippe Nicodème s’accordent parfaitement avec les matériaux et le style de l’édifice.

Philippe Nicodème nous dit ceci :

L'Âme de la Pierre :
Je suis comme l'homme des cavernes, taillant des cailloux au seuil de sa tanière, les façonnant à son image, à la recherche de je ne sais quelle autre dimension du quotidien, ou d'une hypothétique harmonie originelle.

La Pierre calcaire est partout autour de moi, dans ce pays d'ombres et de lumières.

Elle dort au creux des rivières, elle porte les chemins forestiers et jaillit sous les racines moussues des frênes et des noisetiers, c'est elle aussi qui accroche le chalet au flanc de la colline.

La Pierre est là, mais on n'en fait pas ce qu'on veut et, souvent, c'est elle qui m'impose sa loi.

Car elle résiste aux assauts de l'artiste. Elle éclate sous la pointe, libérant des tensions extrêmes et incontrôlables, nées de siècles et de siècles d'asservissement, de fractures, d'écrasements, de feux et de glaces.

La disqueuse la déchire et lui arrache des poussières lourdes, irrespirables et tenaces.

C'est quand on l'aborde avec humilité et persévérance, qu'elle dégage ses arômes de profondeur de la terre et révèle ses douceurs et ses fragilités.

Elle chante alors sous la massette et chaque outil la modèle à sa façon, lui imprimant sa trace, transformant ses arêtes acérées en rondeurs avenantes, dessinant un jeu subtil de textures et de couleurs où alternent éclats scintillants, rugosités grises ou bleutées et profondeur obscure des polis.

C'est ainsi, après des heures ou des semaines d'approche patiente, de taille en effleurements, de ciselage en caresses que, dans une émotion infinie, apparaît enfin l'Âme de la Pierre...

C'est un travail de tous les instants de la vie, de ma vie.

Je le vois comme un Art Premier, dérisoire et Sacré, qui replace l'homme, tout petit, au cœur immense de l'Univers.

L'Homme éternel, avec ses questionnements, ses joies, ses peurs et ses doutes.

Un art accessible à chacun, quels que soient son origine, sa culture et son niveau social.

Pas besoin d'être initié aux canons de la modernité et de la pensée convenue,

pas de considérations philosophiques ni de discours ésotériques,

une caresse suffit...

 

Philippe Nicodème, Mohiville avril 2010

Visitez son site : https://www.artmajeur.com/nicodeme/

Philippe nicodème, céline maltère Philippe nicodème, céline maltère

Philippe nicodème, céline maltère Philippe nicodème, céline maltère

Céline Maltère intervient :

Les âmes des touchantes sculptures de Philippe Nicodème ont éveillé l’imagination débordante de Céline Maltère. Un conte à l’aspect sombre pourtant porteur d’espoir en est né.

Elle nous en dit ceci :

« Avec Athanor, les pierres, je me suis laissé aller à une sorte de petit conte philosophique, avec des thèmes qui me sont chers, comme le désir inassouvi, l'inaccomplissement. Et ces gens abîmés, déçus, ratés, vont finalement s'unir et servir à quelque chose dans un monde sans ville, qui n'a plus rien de civilisé. Pouvoir aux pauvres pierres bannies. »

 
L’histoire :

Athanor, alchimiste malchanceux, est transformé en pierre. Il se jette dans son brasier pour en finir, mais la mort ne veut pas de lui. Par dépit, il prend la mer et croise sur sa route des êtres de pierre qui lui ressemblent. Ces naufragés déçus, habités par le manque, ont tous un passé douloureux… Athanor les recueille à bord de son navire. Ensemble, bâtiront-ils une œuvre ?… Vous le saurez en assistant à l’événement du 23 septembre en l’église de Flostoy (près de Ciney).

 
Mais qui est donc cette fameuse Céline Maltère ?

Céline Maltère vit en Auvergne. Agrégée de lettres classiques, elle se consacre, en plus de son métier, à l’écriture. Elle est l’auteur de plusieurs recueils de nouvelles, de romans et écrit également des poèmes et des micronouvelles. Son goût pour le fantastique et l’art singulier ne sont pas ses seules sources d’inspiration : passionnée de littérature, elle est aussi admiratrice de Violette Leduc à qui elle rend hommage dans V, les ailes de Faucon, un récit de voyage poétique.

Son site : http://celinemaltere.tumblr.com/

Sa page d'auteur : https://www.babelio.com/auteur/Celine-Maltere/388017

Sa page Facebook : https://www.facebook.com/celine.maltere/

Voici quelques-uns de ses livres :

Philippe nicodème, céline maltère Philippe nicodème, céline maltère Philippe nicodème, céline maltère

Philippe nicodème, céline maltère Philippe nicodème, céline maltère Philippe nicodème, céline maltère

 

A SUIVRE...

 

08/09/2016

La Cité des Brumes

oeil.png

La Cité des Brumes illustrée par Jean-Paul Verstraeten sort le 10 septembre. Précommandes en ligne... http://lesdeuxcranes.jimdo.com/boutique/

21/05/2016

Catarrhe N°21

bandeau-29'.png

Bientôt la sortie du Catarrhe du mois de juin avec par entrée en piste :

 


Après l’éditorial, Marc Sanders, dans sa chronique badine, qu'il mène à la baguette, nous parlera du « Point B, la fin des tabous ».

Perrin Langda, dompteur de vers, fera sautiller sa « nanopoésie ».

Jean Pézennec, un petit nouveau très à fable, fera défiler « La vache, la grenouille et la mouche » dans un milieu d’art contemporain.

André Stas et Éric Dejaeger, les magiciens des mots, présenteront « Hugo revisited ».

Jean-Paul Verstraeten fera appel aux « souvenirs mémorables du Professeur Brodsky » et sa ménagerie fantastique.

Lou Dubois, travaillera sans filets et jonglera avec ses « touchantes photos retouchées ».

Céline Maltère nous invitera à assister à « La mort du fakir ».

Patrick Boutin, revisitera le numéro de la femme coupée en deux dans « Vague à lame ».

Thierry Lechat, vous hypnotisera car « Celui qui rêve reste lucide », il vous fera prendre conscience des libertés et vous fera jouir. Il ajoutera aussi deux petites pensées.

Pascal Dandois, encore un petit nouveau, nous présentera « Voyages et aventures d’Al Intérieur », un numéro de haute voltige quelque peu exotique.

Éric Dejaeger, domptera sous vos yeux ébahis le préfixe DIPL(O)- et le suffixe -LÂTRIE.

Fabrice Marzuolo, grand contorsionniste, fera devant vous sa « Mise en boîte ».

Patrick Beaucamps, sous une lumière tamisée, entouré de brume, vous emmènera « Vers le printemps ».

Le Docteur Lichic, notre Monsieur Loyal, nous fera part « De l’origine de différentes huiles ».

Céline Maltère, antipodiste de haut vol, fera voltiger « Le vase de nuit ».

François-Xavier Farine, équilibriste patenté, affirmera dans « Poèmes Cut-up N°9 », que « L’avalanche des courriels n’aura pas lieu ».

Olivier Texier, champion de catch de dessinateurs à moustaches, vous fera entrer dans son « immonde » avec « des dessins qui laissent un mauvais goût dans la bouche » et parsèmera la revue de ses crobards.

Paul Guiot, aux pieds de ballerine, mettra une petite touche de légèreté poétique de-ci de-là, à l’aide de ses pensées.

Le tout sera mis sous les auspices de la sainte du mois : Sainte Fétatoire, Super.

page01.jpg

17/03/2016

Catarrhe N°20

J'en connais qui vont se régaler !

page01'.jpg

Sommaire du Catarrhe N° 20 d’avril.

L’Éditorial du mois

« Je me sens linceul auprès de toi » avoue Marc Sanders dans sa Chronique Badine

La Nanopoésie de Perrin Langda

Corneille sera « revisited » par les impertinents André Stas et Éric Dejaeger

Céline Maltère nous propose « Le virelai de la laide », ses « Entonnoirs », « Rondel de la sylve à la ponte » et « Les cornes de la sylve »

« Les souvenirs mémorables du Professeur Brodsky » sont présentés par Jean-Paul Verstraeten

Lou Dubois exhibe ses « Touchantes photos retouchées »

La « Piqûre de rappel » vous sera injectée par Patrick Boutin

Thierry Lechat, dans « celui qui rêve reste lucide », vous conseille : « Ne faites surtout pas ceci en mémoire de moi »

« Cul-de-vioque », les ragots de Christine Schmidt

« La fable » vous sera contée par Fabrice Marzuolo

Éric Dejaeger, dans sa « linguistique appliquée », développera les « préfixes THÉO- et MICRO- »

Patrick Beaucamps fera part de ses Réminiscences avec « Le bain » et « Fin de soirée »

Ivan de Monbrison rattrapera « Le temps perdu »

Kashima San présentera le belle « Rita León »

Les dessins de « L’immonde d’Olivier Texier » vous feront bondir

Vous vous recueillerez devant « Le saint du mois 'pataphysique »

Deux propositions de Thierry Lechat et les aphorismes de Paul Guiot compléteront la revue.

Bonne lecture aux abonnés… Dommage pour les autres !

09/03/2016

Microbe 94

Microbe 94.jpgLe 94e numéro du Microbe est prêt. Il a été réalisé de conserve par Jo Hubert et Paul Guiot.

Au sommaire :
Christian Arjonilla
Radu Bata
Fabrice Brunet
Ananda Doe
Patrick Dreux
Jacqueline Fischer
Paul Guiot
Jo Hubert
Geneviève Hafltermeyer-Pawlak
Jean-Loup Nollomont
Kenny Ozier-Lafontaine
Marc MenuMaltère - Vénus 13.jpg
Éric Piette
Charlotte Mont Reynaud
Ysabelle Voscaroudis
Illustrations : Christian Arjonilla

Les abonnés le recevront dans la semaine.
Les abonnés « + » recevront également le 51e mi(ni)crobe
VÉNUS 13 par Céline Maltère.

Comme d’habitude, les autres ne recevront rien.
Pour tous renseignements, contactez Éric Dejaeger.
ericdejaeger@yahoo.fr

20/01/2016

Catarrhe N° 19

page01.jpg

Le Catarrhe de février, le numéro 19, sera copieux et vous promet, une fois de plus, de grandes surprises. Des textes surprenants et de nouveaux auteurs, comme : Anna Mastel, Ivan de Monbrison, Patrick Boutin et la Siamoise Kashima San… autre culture, autres mœurs.

Les abonnés auront la chance d'y lire :

L'éditorial : « Métaphysique dans la mienne ».
La chronique badine de Marc Sanders : « Quand les éditeurs nous font une Seine ».
Anna Mastel nous présente « une certaine vache de baraque ».
Céline Maltère va chez « le boucher ».
Lou Dubois nous sort ses « touchantes photos retouchées ».
« Heredia revisited » ne pouvait être que l'œuvre d'André Stas et Éric Dejaeger.
Jean-Paul Verstraeten nous entraîne dans « les dessous cachés de l'hôpital Saint-Sulpice » mais « à quel saint faut-il se vouer ? ».
Céline Maltère nous invite à « l'Officine du Docteur Princeps » pour la « dissection de la sylve » agrémentée des « notes des carabins ».
« Celui qui rêve reste lucide » affirme Thierry Lechat et elle lui dit « je t'aime ».
Dans « La linguistique appliquée », Éric Dejaeger propose les préfixes méta- et hydr(o)-.
Les « réminiscences » de Patrick Beaucamps nous dévoilent « Kain », « Crépuscule » et « Insomnie ».
Ivan de Monbrison nous parle de « l'enfance ».
Nous connaîtrons « la corde sensible » de Patrick Boutin.
Le Docteur Lichic nous présente « les capitaines méconnus ».
Kashima San nous fait rencontrer « le chat à six queues ».
Il est « l'heure H » pour Patrick Boutin.
« L'immonde d'Olivier Texier » et ses mini-strips qui laissent un mauvais goût dans la bouche.
Le Saint 'pataphysique du mois de février (Pédale).
Le tout ponctué par des aphorismes de Paul Guiot, deux interventions de Thierry Lechat et des illustrations d'Olivier Texier.

Qui dit mieux ?
Bonne lecture, sinon abonnez-vous.

27/11/2015

Catarrhe N° 18

page01.jpg

Le Catarrhe N°18, celui de décembre, vous offre encore des pages supplémentaires et vous fera découvrir les textes de Thierry Roquet, notre nouvel auteur.
Voici ce que nos chers abonnés pourrons savourer :

L'éditorial : « Noël blanc »
La chronique badine de Marc Sanders : « Le Belge et le Bled »
André Stas et Éric Dejaeger revisitent Baudelaire
Paul Guiot nous parle des pieds de Madeleine
Lou Dubois présente ses « légendaires portraits légendés », collages surrélistes
« Les dessous cachés de l'hôpital Saint-Sulpice » sont dévoilés par Jean-Paul Verstraeten
« Jamais entendu parler du punk », confidences de Thierry Roquet
Céline Maltère fait allusion au « Crozes-Hermitage »
« Celui qui rêve reste lucide » affirme Thierry Lechat qui flâne dans nos prés bovins
Les « réminiscences » de Patrick Beaucamps nous font partager « Sur le balcon » et « Requiem »
Christine Schmidt nous entraîne dans « Le cloaque »
Fabrice Marzuolo nous fait partager « Les jeux gratuits pas nets du Net
Éric Dejaeger nous présente des « Noëllogismes illustrés »
Patrick Beaucamps nous fait part de son « Insomnie »
« La leçon d'ortograf », « L'Erhu de ma voisine » et « La métamorphose » sont des « Poèmes pour niquer sa grammaire » de Perrin Langda
« L'immonde d'Olivier Texier », des dessins qui laissent un mauvais goût dans la bouche
Céline Maltère nous fait découvrir « Le Gynophore »
La Fête 'pataphysique du mois
Dessin de couverture et petites illustrations d'Olivier Texier

Bonne lecture.

Sinon, abonnez-vous !

17/09/2015

Catarrhe N° 17

couv 17.jpg

Voici ce qui vous attend dans le prochain numéro de Catarrhe du mois d'octobre :

 

Je dois d'abord vous signaler que nous avons le plaisir d'accueillir deux écrivaines dans nos rangs : Christine Schmidt, auteure de « Rehab » aux éditions de la muette et de plusieurs textes dans diverses revues, dont Microbe. Céline Maltère a écrit « Les cahiers du sergent Bertrand », édité chez Sous la cape et dans des revues littéraires. Ces dames ne font pas dans la dentelle et on aime ça !

 

Éditorial

La chronique badine de Marc Sanders propose : « Après moi, les douches ».

« La pèche à courre » par le Docteur Lichic.

Quelques « Légendaires portraits légendés » de Lou Dubois.

« Verlaine revisited (III) » par les impayables (et impayés) André Stas et Éric Dejaeger.

Jean-Paul Verstraeten vous propose de visiter « Les dessous cachés de l'hôpital Saint Sulpice ». L'épisode se nomme : « Un bienfait n'est jamais perdu ».

Thierry Lechat nous expose les « Idées reçues et non corrigées ». Une promenade dans les jardins de La Cadémie de 'Pataphysique de Montegnet.

Patrick Beaucamps nous fera part de ses « Réminiscences » avec « Parcelle » et « Sur des échasses ».

« L'abattoir ou l'art de crucifier sa pitance » ne pouvait être que de Christine Schmidt.

Céline Maltère nous distille « Sacrifice à Boudin Premier ».

Éric Dejaeger développe dans « La linguistique appliquée », le préfixe CALLI- et le suffixe -CIDE.

Perrin Langda propose une série de courts « Poèmes numériques » branchés.

« L'immonde d'Olivier Texier » et ses dessins qui laissent un mauvais goût dans la bouche.

Le Saint du mois.

 

Abonnez-vous ici