13/09/2014

Thierry Lechat

celui qui rêve.jpg

 

 

Auteur de plusieurs ouvrages et contributions relatifs à la langue française, au patrimoine et à la citoyenneté,Thierry Lechat signe également une démarche irriguée par le surréalisme et la ‘Pataphysique.

Collages, aphorismes, nouvelles, poésie et uppercuts langagiers : une alchimie qui se donne à voir, à méditer et à rire sans retenue.

Lieux, espace, temps.

Comme l'atteste sa carte du ciel, Thierry Lechat est né à Louvain, le 19 janvier 1953, à 5 h 20.

Capricorne et donc dragon d'eau, il fut hébergé durant près de 40 ans sur le territoire de l’ancienne Principauté de Liège, aux lieux dits « Bois del Fiesse » et « Liège », ville adoptive de la lignée familiale paternelle depuis 1756.

Il vit, rêve, plante, écrit et déambule actuellement aux latitude et longitude

approximatives et respectives de 5°11’ et de 50°24’ à Montegnet-Flostoy, village

situé dans une zone géographique communément dénommée « Vrai-Condroz », province de Namur, Wallonie, Belgique.

Balises

Professeur de français et d'histoire à ses débuts, il se lance dans la pédagogie du projet et crée en 1986 la revue « Mutations ». Récits et projets se succèdent avec le plaisir d’enseigner hors des sentiers battus: la transformation d’un gymnase entièrement réaménagé en salle de spectacle par les étudiants pour un concert donné par tous les musiciens de l’Orchestre philharmonique de Liège,une collaboration avec le quotidien « La Cité » et le CRISP...la visite du Prince Philippe venu se rendre compte sur place de cette dynamique et enfin , « Berlin,un mur,une brèche et nos vingt ans » qui mènera tous ses étudiants à Berlin lors de la chute du mur en 1989.

1980: rencontre avec le sociologue Alain Tourraine en France, auteur de plusieurs ouvrages relatifs à la sociologie de l’action. Une collaboration porteuse de nouvelles énergies accompagnées également par Emile Servais à l’Université catholique de Louvain. Titulaire d’une licence en politiques économiques et socialesen 1982, il poursuivra sa formation par une licence complémentaire en psychopédagogie .

Nommé inspecteur de français, il commence à enseigner la communication orale et écrite, l’analyse des institutions ainsi que les politiques économiques et sociales en Haute École dans l’enseignement supérieur pédagogique .

1993: création de « Un mot pour l’autre », une revue interactive à destination de tous les professeurs de français en région liégeoise. Récits d’expériences pédagogiques, découvertes littéraires, soutien aux enseignants: un nouvel enjeu!

Remarqué par la Fondation Roi Baudouin pour ses nombreux projets relatifs à la citoyenneté et à la démocratie, il est invité à participer et à présider durant plus de dix ans différents jurys en lien avec les programmes « citoyenneté » et « patrimoine ».

Il publie de nombreux articles et livres consacrés à la pédagogie et à la citoyenneté sous le titre «Démocréativité » à la Fondation Roi Baudouin et aux éditions  « Luc Pire ».

Il est également co-auteur d'un manuel de français « Parler, lire, rédiger » paru aux éditions «De Boeck».

Lecteur invétéré, il participe au jury de la RTBF pour l'attribution du prix « Point de mire » des auditeurs de la radio qui consacre le roman « Marin mon coeur » d'Eugène Savitzkaya.

Un investissement qu’il réitère en 2007 comme membre du jury « Prix Première » de la Rtbf initié notamment par l’actuelle directrice de la télévision, Corinne Boulangier. Ce sera l’occasion de premières chroniques littéraires en radio.

Parallèlement à ces activités, il se lance dans l'écriture et la technique du collage.

Paraissent ainsi régulièrement des centaines d'aphorismes publiés comme textes à méditer dans les journaux de classe ou sous forme de cartes postales.

Véritables salves colorées où l'exigence de l'écriture poétique et philosophique s'allie à un humour tonique, les collages trouvent sans aucun doute leur origine au cœur de proximités inédites.

Les années 1980 à 2000 foisonnent en effet de projets et de rencontres avec notamment : Léo Ferré, les photographes Hubert Grooteclaes, Jean-Luc Deru et Philippe Gielen, les chanteurs Julos Beaucarne et Serge Utgé Royo, le chef d'orchestre Pierre Bartholomée, les écrivains et poètes André Blavier, Eugène Savitzkaya, Jacques Izoard,François Jacqmin et Fernando Arrabal, les graphistes et peintres Monique Cordier et Annick Dubisy, Roland Topor, Gabriel Ringlet, Xavier Mabille, Alain Touraine, Luc de Brabandere, Cécile Gouzée, la céramiste Fabienne Witthofs, Claude Weber, Jean-Paul Verstraeten, Michel Francard et le comédien et metteur en scène Vincent Libon.

1984 : création de la revue « l’Inventoire » avec le chanteur Julos Beaucarne.

1987: en collaboration avec plusieurs auteurs, publication de « Otage », rehaussé par douze dessins à l’encre de chine de Monique Cordier.

I990: parution de “Une griffe de café ?”, propos, nouvelle et aphorismes.

Dès 2004, nombreuses expositions de collages, textes et aphorismes. La chaîne de télévision « Matélé » en dressera un premier inventaire au travers d’un reportage intitulé: « Autoportrait ».

Novembre 2008, parution des premiers collages dans la revue ARTPOESIE en France.Texte de présentation par Marie-Lydie Joffre.

2012: depuis son jardin « remarquable » aux mille espèces bio, il rejoint «YOUPLA», bijoux pétillants pour petites et grandes rêveuses. Une entreprise développée par ses deux filles, Evelyne et Françoise. Et, c’est au travers de la collection « La plume à l’oreille », que textes et collages se lisent désormais au rythme balancé des boucles d’oreilles.

2013: création de « La Cadémie de ‘Pataphysique de Montegnet ». Publication de « l’Ordre de l’Improbable » et du « Précis de jubilation oratoire » dont les premiers extraits paraissent dans la revue « Catarrhe » initiée par Jean-Paul Verstraeten.

Passionné de jazz et de musique classique, il sera successivement administrateur de l'Orchestre philharmonique de Liège, de l'Orchestre de chambre de Wallonie et de l’Opéra Royal de Liège-Wallonie.

 

démocréativité.jpg     innovons.jpg

soumission.jpg chanter.jpg

GESTE 02.jpg

© Thierry Lechat

 

 

26/11/2013

Temps de pose

Notre ami Lou Dubois est l’inventeur de l’hilarographe et du nostalgicomètre,

Lou Dubois se situe dans la lignée de Max Ernst et de Jacques Prévert.

 
Poète en mots et en images, Lou Dubois vit entre Paris et l'Andalousie depuis 1982.
Ses poèmes, textes et collages ont paru dans une vingtaine de revues (N.R.F, Noise, Litoral…). Il fait partie du comité de rédaction de « Supérieur Inconnu » qui se consacre au Surréalisme. Il a tenu la rubrique Théâtre de Neuf de cœur (éd. le Seuil). Il est aussi traducteur.

Parmi d'autres titres, il est l'auteur de plusieurs livres de collages: Le Max Jacob (album Dada chez Mango), Collages le Temps découpé (éd. La Lyre et la Licorne), Domaines du rêve (éd. des Cendres – Les Yeux fertiles)…, d'un roman L'Andalou (chez Joëlle Losfeld), et de recueil de poèmes comme Double fond à coulisse (au Daily–Bul)…Lou Dubois a également mis en images les chansons du Cirque des Mirages.

Depuis l'an 2000, ses créations (boîtes, assemblages, trophées, collages), ont été présentées en France, en Belgique, en Espagne, au Portugal, dans une trentaine d'expositions collectives ou personnelles (Galerie Alain le Gaillard, Fiac, Foire de Strasbourg, Solstices, Nicaise, Malaga, Iles Canaries…) et sont entrées dans de nombreuses collections européennes, japonaises et américaines.
Il est l'un des artistes de la galerie Les yeux fertiles.

 

«L’art est un jeu » disait Tristan Tzara, Lou Dubois s’en ai souvenu.

 Et Lou Dubois précise

« Si on ne peut pas changer le monde, on peut changer les images du monde ».


 

Lou Dubois, collages, poésie, boites, assemblages, trophées

La galerie Les Yeux Fertiles présente

 Temps de pose

 Boîtes – Assemblages – Collages – Trophées

 de

Lou Dubois

 

du 6 décembre 2013 au 18 janvier 2014

27, rue de Seine – 75006 Paris

 galerie les yeux fertiles

 

Temps de pose

Prendre le temps de rêver Sur la grève, un soir bleu de cire.

Prendre Le temps des ombres qui ont mis des lustres à laisser l'empreinte des plantes sur le papier.

Prendre le temps de sourire devant la Fontaine mélancolique.

Prendre le temps de découvrir Une perle en coulisse ou de se laisser bercer par Le charme de la balançoire.

Percer le mystère du Masque de verre et de La chambre.

Se plonger dans les tours de L'escamoteur ou du Grand illusionniste.

Fixer l'éphémère et soudain enfourcher Les chevaux de la mer et Caracoler.

Quand les yeux papillonnent découvrir d'Étranges effets de manches...

Prendre le temps des points de suspension.

Prendre le temps de pénétrer le silence de L'oratoire de thèse de taire et d'écouter la musique des plumes et des battements d'ailes d'Un temps de pose.

 

Lou Dubois