10/08/2014

Un peu de culture 6

Le Provincier

Sous-embranchement : Angiospermes
Sous-classe : Dicotylédones
Ordre : Rosales
Famille : Rosacées
Padus flos provincialis

Arbuste à branches brun luisant ; munie au sommet du pétiole de 2 petites glandes circulaires; fleurs blanches en grappes bien fournies ; fruits à noyaux ; floraison : avril-mai.

Espèce indigène disparue vers 1920.

 

Citation :

« Les feuilles s’envolent par bandes, reviennent aussitôt, peureuses, apprivoisées, et tâchent de se raccrocher. Celles de l’acacia, fines, soupirent ; celles du bouleau écorché se plaignent ; celles du marronnier sifflent et les fleurs de province clapotent en se poursuivant. »

Poil de carotte – Jules Renard 1894
Transcription J-B Walkinson

fleur de province, confiture, culture, Walkinson, Catarrhe

Grande fête bissextile du provincier à feuilles caduques:

Le 29 février de chaque année bissextile, s’organisait traditionnellement en province de Namur, une grande fête villageoise en l’honneur du Provincier.

On la dénommait très judicieusement « li fiesse di l’ãb di févri ». On ne retrouve cette manifestation que sporadiquement après 1914.

Lors de cette cérémonie les autochtones honoraient l’arbre unique du village en l’oignant d’élixir et en lui offrant une tartine de confiture enfuie en terre dans un trou pratiqué à ses pieds. Cette grande fête de la fertilité se terminait en musique, bien tard dans la nuit.

La confiture de province:

Les fruits se récoltent au mois de septembre. Il faut les cueillir ni trop grands, ni trop gros, ni trop mince.

Le matin, enlever les queues des fruits.
Le soir, mettre dans une grande casserole émaillée le même poids de fruits et de sucre.
Le lendemain matin, placer le récipient sur le feu, faire bouillir 5 minutes exactement à partir du moment du premier bouillon. Retirer du feu.
Le jour suivant, remettre la casserole au feu et faire bouillir 6 minutes. Retirer.
Le jour suivant, recommencer et faire bouillir 7 minutes ; verser alors dans les pots.
Quand la confiture est froide, couvrir les pots.

Extrait de « Pets de nonnes, chapias d’curés et autres recettes de religieuses »
Sœur supérieure Marie-Joseph – éditions épiscopales « La Grosse Cloche Sonne » Stoumont 1913

© Le fabuleux mais improbable Musée du Docteur Paul Walkinson